:|
06 Novembre 2002

Fish

Fellini Nights

par Djul
Une petite année après la sortie de Fellini Days (voir Progressia v. papier 19), voici que Fish nous propose un « double » disque (mais de 90 minutes seulement) enregistré en public à au Paradiso d’Amsterdam le 11 mai 2001. L’ancien chanteur de Marillion avait rassemblé pour cette tournée une formation inédite : le guitariste John Wesley (nouveau chez Porcupine Tree), le batteur John Martyr (ancien SAS et … Marillion !), Steve Barnacle (ancien bassiste de SAS) et John Young (ancien Asia, entre autres). Bref, un line-up minimum pour des concerts résolument rock, comme le précise Fish dans les très intéressantes notes du livret.

Le show se focalise sur les trois derniers albums du Poisson et fait la part belle à Fellini Days, en éludant toute la période Marillion (alors qu’un medley comprenant « Market Square Heroes » et « Garden Party » était joué) ainsi que, moindre mal, sa période « maudite » du milieu des années 90. Il est vrai que depuis 1997 et Sunset on Empires, co-composé avec Steven Wilson, Fish a vraiment trouvé son style dans une musique assez sombre, lyrique, mais toujours agrémentée d’une touche de modernité qui fait la différence.
On retrouve en ouverture la voix de Fellini, introduisant le magnifique « 3D », suivi de « So Fellini ». Les titres sonnent plus bruts, et la voix de Fish, qui n’est plus doublée par des choristes comme souvent en studio, s’affirme bien plus, tout comme John Wesley, très en avant. « Brother 52 », extrait de Sunset…, est joué dans une version améliorée, plus dynamique, de même que « Tumbledown » (Raingods with Zippos), avec son intro rallongée et une nouvelle conclusion, quasi a cappella du plus bel effet. De même « Tikki 4 », un peu exaspérante sur album, passe mieux sur scène avec une séduisante impro finale arabisante. Sur le second disque, Fish offre au public un pavé, « Perception of Johnny Punter », au riff diabolique, et un excellent medley, mêlant des titres plus anciens, tels « Lucky », « Credo » et l’épique « Vigil in a wilderness of mirrors » (joué sur un rythme plus lent), qui font réaliser la performance de la voix du géant écossais malgré les passages ardus de ces trois titres. « Clock moves sideways », que Fish considère comme un futur classique, est effectivement séduisant, avec sa rythmique électronique et ses parties de guitare ensorcelantes. Pour conclure, deux standards bien sûr, « The company » et « Flower of Scotland ».

Bref Fellini Nights est un très bon concert, bien produit, et qui apporte son lot d’innovations et de surprises. On pourrait cependant émettre un reproche : lorsque l’on a une carrière aussi fournie que celle de Fish, il est un dommage de laisser de côté tant d’autres titres surtout quand seules 90 minutes sont proposée.
  • Année: 2002
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir