:|
01 Mars 2011

Trey Gunn

Modulator

par Christophe Gigon

L'unique morceau titre (édité en vingt-deux pistes pour le confort de l'auditeur) qui constitue cet album de l'ex-bassiste de King Crimson repose sur un pari un peu fou : celui de composer une longue suite musicale spécialement écrite pour l'occasion, et qui collerait parfaitement à la bande son de cinquante-et-une minutes formée d'un long solo de batterie exécuté par le batteur allemand Marco Minnemann.

Ainsi, Trey Gunn s'est vu dans l'obligation d'écrire une œuvre riche et évolutive qui épouserait, jusque dans les moindres méandres de la dextérité extraterrestre de son partenaire, l'improvisation débridée qui a donné naissance à cette piste de batterie. Comme l'expert en Warr Guitar (une guitare tactile à dix cordes avec une gamme de piano) n'est pas non plus exactement connu pour la sobriété de son jeu, on peut bien imaginer que le résultat de cet accouplement sonore ne plaira pas à tout le monde.

De fait, les derniers travaux du pourtant (parfois) abscons groupe mené par Robert Fripp passeraient soudain pour les derniers singles de (feu) A-ha. Un travail d'orfèvre maniaque qui aboutit à un résultat impressionnant de maîtrise mais qui reste dédié à la frange la plus ouverte du public progressif. Vraiment ouverte.

  • Année: 2010
  • Label: autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir