:|
31 Janvier 2011

Kayo Dot

Stained Glass

par Mathieu Carré
Avec ses multiples projets, en solo ou accompagné, Toby Driver fait office de figure de proue pour tout un mouvement musical, résolument rock et ambitieux et qui ne se refuse aucune option pour parvenir à ses fins. Ainsi pour cet EP qui se révèle en fait un long et sombre morceau assez hétérogène de vingt minutes, les lubies de Kayo Dot se sont portées d'un côté sur l'utilisation du vibraphone et de l'autre sur la mise en avant de textures sonores opaques, faites de larsen et de vibrations électriques évoquant clairement la musique contemporaine voire expérimentale.

Après sept minutes déconcertantes, qui débutent comme un morceau de Tortoise, le propos se stabilise enfin autour d'un échange sourd entre quelques lignes de chant et accalmies subites, oscillant d'un pôle à l'autre, avant de doucement s'éteindre. « Stained Glass » évolue alors dans une atmosphère souvent étouffante et anxiogène, où le vibraphone peine à sortir d'un rôle de soutien assez étrange, en opposant de façon assez frontale ses notes cristallines à la torpeur ambiante.

D'une glaciale mais fascinante monotonie, ces élucubrations aux relents à la fois gothiques et résolument modernes réjouiront tous les afficionados de Toby Driver qui adorent se perdre en essayant de le suivre, et pourront donner du grain à moudre à tous ceux qui goûtent peu ses expérimentations radicales.

Enthousiasmant mais un peu bancal (pourquoi un seul morceau, là ou deux ou trois auraient pu naître et se développer ?), Stained Glass servira sans doute de fusée éclairante pour le groupe, à l'heure de choisir une nouvelle orientation musicale. Il met ainsi à l'épreuve la curiosité et les envies de ses membres, et éventuellement la fidélité de son public.
  • Année: 2010
  • Label: Hydra Head Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir