:)
14 Janvier 2011

Faun Fables

Light of a Vaster Dark

par Christophe Manhès
C’est l’apanage des bons groupes : quelques notes suffisent à les identifier. Il en est ainsi de Faun Fables et de son folk affranchi, si magnifiquement animé par le charme rustique et sans âge de la voix de l’Américaine Dawn McCarthy. Aucun doute, cette donzelle a un talent imposant, qui en fait l’alter ego underground d’une artiste aussi accomplie que Joanna Newsom. Quelques percussions et un accord de guitare suffisent chez elle pour vous emporter dans un univers parallèle, au carrefour des contrées poussiéreuses de l’ouest américain et de la poétique très fantasy des contes et légendes de Mallarmé.

Occulte, profond et pur, Light of a Vaster Dark est une œuvre magnétique, cinquième album d'un groupe dont on pourrait faire remonter les racines musicales – parfois qualifiées de freak folk – jusqu’au légendaire First Utterance de Comus sorti en 1971, œuvre incontournable s’il en est. Il faut prendre le temps de s’imprégner de toutes ses remarquables subtilités et c'est l’occasion de mesurer une fois de plus la singularité de l’écriture musicale et de l’interprétation de Dawn McCarthy, épaulée à nouveau par le grand Nils Frykdahl, leader charismatique de Sleeepytime Gorilla Museum.

Alors que les compositions de l'album précédent pouvaient donner l’impression que Faun Fables tournait désormais un peu en rond, les seize pièces présentées ici raniment l’intérêt pour la vision romantique de Dawn McCarthy grâce à une palette instrumentale superbement enrichie. Aussi ce luxe de sons acoustiques, mis en valeur par une production parfaite, équilibrée et limpide, imprègne l'auditeur d’émotions saisissantes qui font de cet enregistrement un grimoire à sortilèges. Ouvert vers l'inconnu, Light of a Vaster Dark emporte, loin, loin, très loin...
  • Année: 2010
  • Label: Drag City

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir