:|
09 Décembre 2010

Jupiter Society

Terraform

par Jean-Philippe Haas
Bien avant que la seconde partie du projet Star One d’Arjen Lucassen intitulé Victims of the Modern Age ne recueille des avis assez mitigés, Carl Westholm donnait, l’année précédente, une suite à son entreprise de « space metal » dénommée Jupiter Society. Terraform reprend ainsi les ingrédients qui avaient séduit sur First Contact//Last Warning. La célèbre phrase « Dans l’espace, personne ne vous entend crier » sied à merveille à ce deuxième volet car le Suédois y développe une fois encore des atmosphères lourdes, des climats anxiogènes, une musique froide, lente et métallique, pleine d’emphase, qui s'apparenterait à un doom metal progressif. Les moments les plus dramatiques d'IQ et de Guilt Machine se croisent ainsi pour conter les sombres épisodes d'une saga de science-fiction qui se déroule aux confins de la galaxie. Quelques invités de marque, dont Marcus Jidell (Royal Hunt), se joignent à l'équipage qui composait la première partie de l'aventure. Terraform, avec l'infini désespoir et l'incommensurable pesanteur s'en dégageant, ne déroutera guère les amateurs de Carptree et autres Krux, surtout si les thèmes futuristes ne les découragent pas.
  • Année: 2009
  • Label: ProgRock Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir