:|
08 Décembre 2010

Stellardrive

ers-4: Speak, Memory

par Jérôme Walczak
Avec ce quatrième album d'une série de voyages spatiaux initiés en 2005 avec ers 1, le quintette français privilégie des sonorités plus metal, reléguant  automatiquement aux arrières boutiques les atmosphères electro et ambient qui avaient si bien su faire mouche auparavant. Cette courte envolée totalement instrumentale montre de fait quelques petits signes d'essoufflements.

Les habitués du genre n'en seront pas désorientés pour autant. Des titres aux ambiances sombres, réhaussés d'une basse pesante, tel que « Carmine » par exemple, sont la preuve évidente que Stellardrive maîtrise parfaitement le sens mélodique et sait poser avec brio des atmosphères à la fois étranges et addictives, bien que prévisibles, sauf lorsque de véritables murs de guitare s'entremêlent avec le substrat sonore.

Ces boursouflures metal dénuées d'originalité ont même tendance à plomber un propos qui, sur le papier tout du moins, s'avère plus que séduisant, comme l'illustre la pierre angulaire qu'est « Amuptaum », une ballade sombre qui débute dans la tradition du post-rock electro classique pour évoluer vers une apothéose saturée de guitares qui se juxtaposent assez artificiellement aux lents développements à la basse et aux claviers, lesquels n'ont dès lors pas le temps de s'exprimer pleinement.

Depuis cinq ans maintenant les Francs-Comtois ne cessent de tisser leur toile sci-fi avec un certain succès critique, accompagné depuis leur prestation remarquée aux Eurockéennes de Belfort en 2007, d'un attrait indéniable du public. Mais bien que l'écoute de cet ers 4: Speak, Memory n'en demeure pas moins agréable, le trip interstellaire n'est plus aussi fluide que par le passé et trébuche un peu trop fréquemment, sans parvenir à captiver. Sans doute est-il désormais temps d'initier de nouvelles épopées ?
  • Année: 2010
  • Label: autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir