:|
19 Novembre 2010

Conqueror

Madame Zelle

par Jean-Daniel Kleisl
Madame Zelle aurait pu tout avoir pour devenir l'un des disques classic prog de l'année. Pour son quatrième album, Conqueror a en effet posé des exigences d'écriture très élevées en développant ce concept sur la vie de Margaretha Geertruida Zelle (1876-1917), plus connue sous le nom de Mata Hari. Soupçonnée à tort d'être agent double, elle fut exécutée dans des circonstances troublantes, point de départ d'une légende aujourd'hui encore bien vivace.

Si la pièce d'ouverture, l'épique « Margaretha », correspond en tout point au cahier des charges avec ses passages instrumentaux très enlevés, ses soli de hautbois et de flûte d'une grande finesse et sa structure labyrinthique comme on n'en fait plus, la suite apparaît clairement en deçà des espérances. La seconde moitié de l'œuvre est particulièrement victime d'un essoufflement créatif malheureux.

Comme souvent en classic prog (et en post-rock également), la concision est un vocable inconnu alors qu'il eût été préférable d'enlever une bonne vingtaine de minutes de « gras ». La voix de Simona Ringano, jolie mais fluette et sans grande puissance, a sans doute un rôle qui influe sur cette impression. Quant à la prise de son, honnête certes, elle aurait pu sans conteste être améliorée.

Pour autant, la publication des Italiens ne saurait être qualifiée de décevante. Les parties instrumentales sont de haute volée si l'on excepte quelques sonorités du plus mauvais effet au synthétiseur, heureusement peu nombreuses. Les amateurs de rock progressif transalpin seront sans doute intéressés par cette sortie qui s'avère être de bonne facture mais sans surprise. 
  • Année: 2010
  • Label: Ma.Ra.Cash Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir