:|
11 Novembre 2010

Nichelodeon

Come sta Annie? Twin Peaks 20th Anniversary Show

par Jérémy Bernadou
En parallèle du dernier album Il gioco del silenzio, les Italiens de Nichelodeon publient ce DVD live divisé en deux parties. La première reprend la moitié des titres de l’album, alors que la seconde n’est ni plus ni moins qu’une performance directement inspirée de Twin Peaks, la série culte signée David Lynch. L'évènement s'est déroulé le huit avril 2010, le jour du vingtième anniversaire de son lancement à la télévision.

Le concert est enrichi par un travail visuel de premier plan au regard d'autres productions du même acabit souvent bourrées d'artifices cheap. Les projections sur l’arrière de la scène se mélangent aux effets et autres images d’illustration qui parcourent le montage du DVD. Ces sections plus ou moins « abstraites » collent parfaitement à l’esprit de cette musique torturée, et ce jusque dans ses moindres recoins. Même si les caméras s'avèrent assez statiques, tous ces détails additionnels confèrent un certain dynamisme à l’ensemble.

Les titres de Nichelodeon étant déjà eux-mêmes cinématographiques, les plus ouvertement expérimentaux prennent ici toute leur signification. Les objectifs du groupe gagnent ainsi en limpidité, les nuances se font plus intenses (le final de « Claustrofilia »), et plus que jamais, Claudio Milano scande son engagement par son chant à la richesse incroyable qui force le respect. Très à l’aise sur une palette de registres d'une grande variété, le musicien n’a pas peur d’aller au bout de ses idées.

C'est surtout la deuxième partie du disque qui apparaît comme l’atout majeur. La formation est loin de se contenter d’une simple reprise de la (superbe) bande originale d’Angelo Badalamenti. Alors que des extraits du dernier épisode de la série sont diffusés au second plan, Nichelodeon les illustre de la plus belle des manières. L’équilibre entre la musique et les images est très soigné, l’esprit glauque et halluciné de Twin Peaks se retrouve réincarné à merveille à travers les compositions.

Il est assez étonnant de constater que cette mixture est éloignée de celle proposée d'habitude par les Italiens. C'est comme si David Lynch en personne les invitait à s'extraire de leur univers pour les entraîner vers quelque chose qui sorte encore plus de l’ordinaire. Le spectateur se retrouve ainsi au beau milieu de l’étrange, à cheval entre deux mondes qui se recoupent en permanence. Un objet aussi perturbant que passionnant.
  • Année: 2010
  • Label: Lizard

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir