:|
02 Novembre 2010

Nichelodeon

Il gioco del silenzio

par Jérémy Bernadou
Après Cinemanemico publié en 2007, résultat d’un projet ambitieux à cheval entre composition contemporaine (pour la structure des morceaux et le rôle du piano) et musique progressive, la formation italienne délaisse désormais la prise de son en concert pour s'enquérir des joies du studio. Quatre morceaux sont ainsi issus du premier album et la comparaison avec les « anciennes versions » permet de saisir au mieux l’évolution du groupe.

L’orchestration est plus touffue, avec des effets mis en avant, sans pour autant trahir l’esprit original des compositions. L’absence de section rythmique est loin d’être gênante tant l’ensemble reste dynamique et varié. « Il giardino degli altri » est à ce titre pleinement représentatif de la richesse du disque : suite à une introduction aux sonorités orientales, des duels improbables prennent place à l'instar de ce dialogue entre la guitare et le mélodica.

Il gioco del silencio est truffé de bonnes idées conférant une réelle nouveauté et ouvrant de nombreuses perspectives, à l’image de Fausto Romitelli et de son An Index of Metals, qui se joue des étiquettes de façon similaire. Ceci dit, l’album est très long (soixante-dix-huit minutes), et certaines trouvailles sont malheureusement diluées au milieu d’un ensemble de titres trop denses.

Les compositions partent dans des directions tous azimuts et cette « fougue » expérimentale a de quoi user l’auditeur sur le long terme (« Ombre cinesi »). Alors évidemment, il est rare de souligner un surplus d’intensité pour un album de ce type... Du coup, chacun se fera sa propre opinion sur cette démarche excentrique typiquement ritale.
  • Année: 2010
  • Label: Lizard

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir