:|
17 Octobre 2010

Ion Dissonance

Cursed

par Nicolas Soulat
Bienvenue sur un territoire si effrayant et accidenté que plus personne ou presque n'ose y mettre les pieds. Bienvenue dans un monde où la moindre couleur délicate aux textures progressives a complètement disparu du paysage, laissant place à un panorama sans défense face à une horde de riffs, de contre-temps et d'attaques frontales affamées de mid tempo.

Ion Dissonance se propose donc, pour la modique somme de deux oreilles, de vous immerger dans un bain de violence, maîtrisé de A à Z, tout en battant fièrement pavillon québécois. Dans un déluge de saccades empruntant sa technique à The Dilliger Escape Plan et un découpage typique de Meshuggah, les Canadiens agrémentent cette grosse tempête d'une cinquantaine de minutes de nombreuses fioritures, qui assoient confortablement leur art de fondre la musique metal.

De telles estocades, en plus de mettre en valeur les musiciens, reflètent parfaitement leurs capacités à digérer une musique pourtant grasse et lourde. C'est d'ailleurs ce qui finit par révéler la grosse faiblesse du disque : un manque de variété et de déclinaisons harmoniques. Aussi sombre et profond soit-il, même le noir offre ses nuances et pour le coup, les éléments drastiques proposés risquent de frôler la monotonie pour les quelques habitués cherchant ces fameux rayons de folie qui caractérisent de temps à autre - et avec génie - la réussite d'une telle musique.

Ces guerriers implacables et tenaces, débarrassés pour l'occasion de leurs fantômes trop hardcore, font preuve d'une détermination sans limites, qui force un respect bien mérité... Et le repos dans tout ça ?
  • Année: 2010
  • Label: Basick Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir