:)
11 Mars 2010

Gentle Giant

The Power and the Glory

par Jean-Philippe Haas
En 1974, à force de persévérer dans une voie exploratoire que d’aucuns auraient qualifiée d’impasse, Gentle Giant commence à bénéficier d’une certaine reconnaissance médiatique et d’un succès d’estime. C’est dans ce contexte que le groupe anglais tente de donner un digne successeur à l’énorme In A Glass House.

Bâti autour d’un concept, ce sixième album traite du pouvoir et de son inévitable pendant, la corruption. The Power and the Glory constitue l’apogée d’une formule qui lie l’éclectisme et la virtuosité à l’accessibilité mélodique, à l’instar de son titre d’ouverture, « Proclamation », dont les mélodies syncopées posent les bases de ce nouveau bijou : audace et sophistication, richesse des harmonies vocales, subtilité des thèmes.

Concomitamment, si Gentle Giant ne cède jamais à la facilité et résiste aux sirènes corruptrices d’un succès naissant, les trames musicales se font plus transparentes, et certains titres dissimulent leur complexité sous de séduisants atours mélodiques (« Aspirations », « Playing the Game »). Les Britanniques tireront de ce disque de nombreux « classiques » pour leur répertoire scénique : « Proclamation », « Cogs in Cogs », « So Sincere », etc.

Seul léger regret, le single « The Power and the Glory », présent sur certaines rééditions précédentes, a poliment été omis sur celle-ci, au grand soulagement de certains, y compris du groupe lui-même. Bien que ce titre, demandé par le label et composé dans un but clairement commercial, peine à s’intégrer à un ensemble d’une si grande qualité et fait pâle figure face aux meilleures compositions des Anglais, il constitue néanmoins une distraction intéressante et une gentille curiosité qu’il eût été préférable de conserver.

Contrairement à la plupart de ses contemporains progressifs de l’époque (on pense à Yes ou King Crimson), Gentle Giant parvient à affiner et épurer son style sans pour autant se compromettre artistiquement. The Power and the Glory est un album concis, compact, sans déchet, qui annonce déjà le chant du cygne que sera Free Hand.
  • Année: 1974
  • Label: Alucard Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir