:)
08 Mars 2010

Gentle Giant

In a Glass House

par Christophe Manhès
Grâce à la diversité et à la puissance de son talent, il faut classer sans hésiter Gentle Giant parmi les meilleures formations des années soixante-dix et l'intégrer à la fameuse « dream team » progressive composée de Yes, Genesis et King Crimson. Même si le groupe n'a pas bénéficié de son vivant d'une notoriété équivalente à celle de ces derniers, Gentle Giant a comme eux fait preuve, entre les années 70 et 75, d'une étonnante constance dans la qualité de ses albums.

Leur style personnel, à vrai dire unique, a d'ailleurs eu une grande influence, dont on retrouve encore aujourd'hui de nombreux éléments dans des groupes comme Dixie Dregs, Shadow Gallery, Echolyn, Neal Morse, et bien d'autres encore. Pour confirmer ce statut mérité, ajoutons que notre « doux géant » fut aussi une véritable bête de scène qui sut allier puissance électrique, sophistication et efficacité, le tout dans une bonne humeur qui reflétait le plaisir qu'ils avaient à jouer leur musique. On ne saurait d'ailleurs que trop conseiller les fabuleux concerts du DVD Giant on the Box.

Cependant, outre un succès resté relatif auprès du public, surtout au regard de celui des ténors de l'époque, Gentle Giant doit faire face sur In a Glass House au départ de Phil Shulman, jusqu'alors multi-instrumentiste et parolier du groupe, et à un changement de label. Dans ces conditions inconfortables, difficile d'imaginer un digne successeur à l'excellent Octopus sorti un an plus tôt. Le groupe est conscient de cette difficulté, et en peaufine d'autant plus la réalisation de l'album. Au final, celui-ci ira bien au-delà des espérances : c'est un vrai bijou qui captive par ses audaces, sa maestria, sa limpidité mélodique et un rock subtilement groovy.

Pour ceux qui chérissent la face aventurière du rock progressif, c'est certainement leur meilleur album, celui qui concentre la nature la plus créative de Gentle Giant et, à travers une excellente production, qui magnifie comme jamais cette faculté étonnante d'assimilation lui permettant de marier musique ancienne, baroque ou folklorique, et musique contemporaine, en allant du classique au rock, en passant par la soul ! In a Glass House libère une musique tranquille, raffinée et d'une classe incroyable, qui dissimule pudiquement sa pourtant grande complexité. Un régal.

Il y a dans ce chef d'oeuvre et sa façon de faire du rock un art résolument ambitieux quelque chose de l'esthétique Rock in Opposition à venir. Mais ce qui distingue Gentle Giant de la plupart des groupes de ce courant au style pas toujours facile à pénétrer, c'est qu'il utilise un algorithme remarquable lui permettant d'échapper à l'élitisme. Contrairement à beaucoup de ses camarades égaux en talent, Gentle Giant s'est aussi peu pris au sérieux qu'il s'est investi sérieusement à l'édification d'une musique audacieuse, d'une modernité évidente. Et In a Glass House en est l'expression la plus aboutie.
  • Année: 1973
  • Label: Alucard Records

Commentaires 

#1 riko38 22-05-2016 22:04
Un grand merci pour ce magnifique hommage à ce groupe fabuleux. Je partage totalement votre avis sur cet album, que je trouve supérieur au classique "Octopus". Ne pas ignorer que des groupes québecois comme Maneige ou Sloche n'oublieront également jamais "cette face aventurière du rock progressif".
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir