:|
21 Janvier 2010

Øresund Space Collective

Dead Man in Space

par Jérôme Walczak
Voilà une question qui n’avait jamais été soulevée : la chronique peut-elle être efficace, ou utile, si la promo a été envoyée sous forme de CD gravé alors que la gentille chroniqueuse est censée dire tout le bien (ou le mal) qu’elle pense d’un disque… vinyle ? Admettons l’affirmative : certes, il manquera sans doute un petit « scritch » par ci-par là dont l’absence de mention dans ces colonnes pourrait heurter le fin mélomane, mais il est douteux que ces petites maniaqueries concernent la majorité du lectorat cultivé et spirituel de Progressia… En outre, on peut dire ce qu’on veut, mais au moins, un CD, ça ne se retourne pas, ce qui est utile quand on rend une chronique à la bourre… Cette anecdote en guise d’apostille pose tout de même des questions évidentes sur les supports envoyés aux rédacteurs. ll est ainsi légitime de se demander s’il est toujours utile de recevoir un CD, même quand l’objet à critiquer n’est pas un CD, mais un disque à deux faces ou, cela pourrait un jour arriver, un fichier à télécharger (message, message…). Fermons la parenthèse.

Le collectif de jazzmen originaires de Suède et de Copenhague ont improvisé pour cette année quarante minutes d'un jazz-rock qui tient la route et dont les effets sonores qui le parsèment aux claviers notamment sont souvent bienvenus. Le charme provient surtout de son atmosphère évolutive qui flirte à l’orée de la musique zeûhl, lors des sessions tourbillonnantes à la batterie et aux synthétiseurs (« High Pilot », soit l’intégralité de la face A). Ce space rock pourrait ainsi rappeler de vieilles barbes que plus personne n’écoute aujourd’hui, comme Steve Hillage par exemple, à cause de ces développements énergiques aux moods virevoltants… Gong, Ozric Tentacles, Ash Ra Tempel aussi : ita missa est. C’est du vieux, du bien ressassé, mais force est de constater que cette vieille marmite scandinave sait encore faire mijoter de fameuses soupes. Ce disque (précipitez-vous, seuls trois cents exemplaires ont été pressés) simple, efficace, hypnotique et compatible avec le LSD devrait faire passer de joyeux moments à ceux qui auront eu la chance de se le procurer…
  • Année: 2009
  • Label: Kommun2 / Pariah Child

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir