:|
06 Août 2009

The Red Masque

Fossileyes

par Jérémy Bernadou
Après Feathers for Flesh, un second album remarqué dans le microcosme de l'avant-prog', les membres de The Red Masque reviennent, plus dérangés que jamais, pour prouver que l'étrangeté musicale persiste contre vents et marées. Avec Fossileyes, l'esprit de leurs concerts souvent orientés vers l'improvisation est toujours bel et bien d'actualité, avec une approche toutefois plus free qu'auparavant.

La chanteuse Lynnette Shelley se déchaîne et rappelle la face la plus démente de Diamanda Galás qui s'essaierait sur les lignes vocales d'Art Bears. La performance ainsi livrée par la formation s'impose à l'auditeur parfois plus impressionné par la folie de l'interprétation que par les compositions en elles-mêmes ; ce qui n'est certainement pas un mal en soi.

Les titres sont plus courts qu'à l'accoutumée et de nombreux interludes plutôt axés sur l'expérimentation sonore parsèment le disque. L'électronique témoigne par sa présence (« The Hive ») le soin qu'apporte le groupe à ses ambiances sonores, tout comme « The Anti-Man (Not Afraid) » se démarque par son aspect épique et sa conclusion intense, où la guitare d'Andrew Kowal se déconstruit au fil des minutes. Un certain sens du collage évoque l'esprit des derniers albums de John Zorn (« Polyphemus »), même si The Red Masque reste intimement lié aux musiques progressives aventureuses. Ainsi, la progression des titres fait penser à un Magma sous amphétamines, à l'image d'un groupe de zeuhl nippon élevé au free jazz.

Mis à part ce côté direct affirmé, le travail sur les textures sonores se taille la part du lion, avec cette palette très riche d'instruments variés et parfois singuliers (accordéon, harpe, theremin, etc.) qui se greffent avec bonheur à l'ensemble. La production rejoint l'étrangeté latente, notamment par la voix de Lynnette Shelley mise en valeur par divers effets (« Carbon 14 »). Cette musique aux reflets dadaïstes, très inhabituelle et excentrique, a de quoi surprendre. Si l'intensité de ce disque en déstabilisera certains, le voyage en vaut le coup tant la traversée des multiples paysages est ici étoffée.
  • Année: 2008
  • Label: Ad Hoc Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir