:(
16 Avril 2009

Cage

Secret Passage

par Christophe Gigon
Ce second album représente bel et bien la première véritable oeuvre en tant que telle de ce groupe italien, qui évolue en eaux progressives depuis le milieu des années quatre-vingt. Car leur précédente production, baptisée sobrement 1987-1994, était, comme elle le suggérait, qu’une collection d’archives. Malheureusement, le titre évoqué par l’équipe transalpine ne débouche sur aucun trésor. Pénible à écouter, incroyablement ennuyeux et ordinaire jusqu’à la nausée, cette production progressive risque de ne pas convaincre grand monde. Toutes les influences attendues sont bel et bien citées (Genesis, Van der Graaf Generator et tous les suspects habituels), le timbre de la voix est d’une platitude affligeante et les parties de guitare ont pour seule force notable de provoquer d’inattendues céphalées chez l’auditeur , déjà atteint par une indigestion de soli de claviers lourds et appuyés. Cela pourrait évoquer un The Watch sans âme, un Moongarden sans style ou encore un Simon Says sans force. A leur décharge, même si la production faiblarde ne leur rend certannement pas service, il faut bien admettre que ces musiciens aux doigts agiles parcourent sans peine des instruments de qualité, et revigorent ainsi la sensibilité auditive. Mais où sont l’âme et le cœur d’une telle musique ? Probablement perdus en chemin. Un parcours le long d'un passage secret à l’image du visuel : sans ambition, ni éclat.
  • Année: 2009
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir