:|
11 Novembre 2008

Anne Paceo

Triphase

par Mathieu Carré
La jeunesse infiltre toute la musique. Trop facilement identifiable dans l’imaginaire collectif à un repaire de barbus devisant sur le meilleur vibraphoniste des années cinquante, le jazz commence à se libérer de l’antique vernis qui le rendait inaccessible aux oreilles de beaucoup. Les thèmes sont plus directs, les mélodies se répètent pour mieux se retenir, et surtout, les barbes et les gilets en velours cèdent la place aux sourires adolescents.

Le caractère très compact de la formule piano / contrebasse / batterie, finalement pas si éloignée de l’esprit du power trio (guitare / basse / batterie) du rock en fait presque naturellement le fer de lance des nouveaux venus sur le devant de la scène, et Anne Paceo, derrière sa batterie, le démontre encore. Une recherche du swing minimal se détache des treize compositions qu’elle interprète avec Leonardo Montana (piano) et Joan Eche-Puig (contrebasse), aussi insolemment jeunes qu’elle. Maintenant, sans sombrer, dans la démonstration technique superflue cette douce pulsation, Anne Pacéo rappelle parfois Jack DeJohnette ou Cyril Atef lorsqu’il accompagne Yves Robert. Et c’est avec une aisance naturelle que le piano vient s’associer à ce soutien efficace, donnant naissance à de délicieuses miniatures comme le bien nommé et régressif « Menthe à l’eau » ou à des airs plus lumineux à travers lesquels s’expriment les origines latines des hommes du trio comme « Duas Velas ».

Toujours à l’unisson et déterminés, ces musiciens honorent la confiance placée en eux et se surpassent même sur les longues compositions du contrebassiste avec « Regrets » et surtout « Oblique », lente et prégnante progression, parfaite synthèse du savoir de ce trio. Cependant, devant une telle homogénéité d’ensemble, il est surprenant d’avoir mis davantage en avant la batteuse que ses deux acolytes qui participent à cet album ; autant d’interrogations qui disparaissent assez vite quand on découvre l’irrésistible sourire du leader de ce prometteur trio en grand format au cœur du livret : le langage du jazz change, ses vecteurs de communications aussi.
  • Année: 2008
  • Label: Laborie Jazz

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir