:)
30 Septembre 2019

Ange

Escale Heureuse

par Jean-Philippe Haas

A l'instar de Magma, autre institution de la musique progressive hexagonale, Ange a connu récemment, malgré l'indifférence des ondes et la télévision, un regain de popularité, multipliant les apparitions dans de grands festivals (Rétro C Trop, Night of The Prog, Rolling Saône, et même le Motocultor Festival !) preuve que la scène reste son élément de prédilection, que c'est le lieu où il possède une véritable reconnaissance. En témoignage de ses spectacles, le groupe a pris l'habitude, pour chaque album studio, d’illustrer la tournée qui le suit par un live. Le tour de la question, Souffleurs de vers Tour, Escale à Ch'tiland, Emile Jacotey Resurrection - Live… autant de jalons vivants du phénomène Ange. Car bien que largement boudé par les grands médias, la bande à Christian Décamps a gardé la folie et la poésie qui l'animent depuis quasiment cinquante ans ! Comme à l'accoutumée donc, c'est un digipak contenant 2 CD et un DVD qui retrace la série de concerts consécutive au très réussi Heureux !

Enregistré Salle Poirel à Nancy le 18 mai 2019, Escale Heureuse est tout d'abord une une manière de revivre in vivo les meilleurs moments d'un bel album : plaisirs immédiats (« L'autre est plus précieux que le temps », « Heureux ») ou progressifs (« Jour de chance pour un poète en mal de rimes », « Nancy-Jupiter à la nage »), ils sont les reflets d'un groupe qui a su évoluer sans se trahir en empruntant ce qui lui convenait dans la musique actuelle tout en conservant sa singularité. Et tournée après tournée, Ange n'a de cesse de ne pas se répéter. Il faut dire qu'avec un répertoire aussi vaste, les Francs-Comtois n'ont que l’embarras du choix. Et cette fois encore, ils ont gâté leurs fans, dépoussiérant et revisitant quelques titres issus des années quatre-vingt comme « Les Lorgnons » et « Vu d'un chien » (de l'album éponyme), « La Gare de Troyes » ou encore cette version quasi lyrique d'« Harmonie », interprétée par Tristan Decamps. Aux côtés de ces surprises, on trouve quelques pépites de la décennie précédente (Un « Aujourd'hui c'est la fête chez l'apprenti sorcier » survolté, la reprise de Brel « Ces gens-là », « Ballade pour une orgie »), avec, point d'orgue, l'éblouissant « Capitaine Cœur de Miel », machine à frissons qui a bouleversé plus d'une fois le spectateur venu en curieux comme le fidèle Imbibé.

Et que dire des musiciens de haut vol qui permettent à Christian Décamps d'envoûter si facilement le public ? Depuis plus de vingt ans, le trio Hassan Hadji/Thierry Sidhoum/Tristan Décamps, rejoint en 2003 par le batteur Benoît Cazzulini, le « petit jeune » du groupe, est entièrement dévoué à leur poète de chanteur et lui dessine avec douceur et fureur, immédiateté et circonvolutions, les portées sur lesquelles le patriarche pose son inimitable sens des mots. Assurer deux heures de concert à soixante-douze ans en dit long sur les vertus de conservation de la musique. Si vous n'avez pas été présent le demi-siècle dernier (mais à quoi donc étiez-vous occupé pour passer à côté d'Ange, que diable!), on vous excusera si tant est que vous vous mettiez à jour avec, par exemple, cette Escale Heureuse et que vous soyez là pour hurler votre plaisir sur la tournée des cinquante ans.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir