:)
20 Mars 2019

Tim Bowness

Flowers At The Scene

par Ancestor

Tim Bowness, co-compositeur de No-Man avec Steven Wilson, poursuit son chemin en solo. Il nous délivre depuis quelques années des disques d’une esthétique certifiée raffinée. Et comme d’habitude il s’entoure d’une cohorte d’invités dont plusieurs peuvent être taxés de pointures : l’emblématique Peter Hammill (Van Der Graaf Generator), ici hélas abusivement discret, l’habile guitariste Jim Matheos (Fates Warning / OSI / Gordian Knot) et le fidèle Colin Edwin à la basse (Porcupine Tree).

S'il jouit d’un style particulier, à la fois indolent et sensible, ainsi que d’une empreinte vocale très personnelle, le maître des lieux n'en pratique pas moins un brin d’éclectisme. « I Go Deeper » débute l’album avec quelques senteurs des années 80 (Roxy Music époque Avalon) - un ton assez souvent adopté - et est ponctué par un passage absolument vaporeux. « Rainmark » voit apparaître la guitare fluide de Jim Matheos, et, comme « Borderline » est ornementé d’une trompette bouchée qui accentue le vague à l’âme. «  It's The World » multiplie les invités (Peter Hammill, Jim Matheos et Steven Wilson), et est à l’image de ceux-ci : le morceau possède l’atmosphère la plus sombre, la plus menaçante... Et si les autres chansons sont presque langoureuses, elles évitent néanmoins de tomber dans une mollesse dénuée de cadence.

Flowers At The Scene est un ouvrage d’Art Rock élégant et indémodable. S’il ne se renouvelle guère, Tim Bowness est encore suffisamment inspiré pour nous offrir une nouvelle source de délassement imprégnée d’une sérénité nostalgique et bienfaisante. Alors oui, encore merci, Mister Tim.

Commentaires 

#1 StevCals 19-11-2019 21:10
Propecia Y Diabetes buy direct cod isotretinoin sotret in germany overseas Sefton Zithromax To Buy Uk buy viagra Conseguir Viagra Barcelona Effects Of Tadalis Sx Soft Women
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir