:)
09 Avril 2018

Phi

Cycles

par Ancestor

Phi a vu le jour en Autriche, en l'an de grâce 2011. Leurs albums sont fortement ancrés dans un usage à l’anglaise du Crossover Prog. Le groupe se compose, de nos jours, de quatre musiciens, dans une équipe recyclée, formée à la fois de fondateurs et de nouveaux membres. Cycles, quatrième album en date, porte en cela un nom coordonné aux mouvements fluctuants du line-up et aux virevoltes de la musique.

L’aventure débute par une introduction pluvieuse au milieu d’échos maritimes… Puis un riff massif perfore l'atmosphère, et le chant entre en jeu, au fil de couplets magnétiques et de refrains plus imposants. Le son est souvent gras et saturé, tel qu'on peut l’entendre dans le djent. Tout ça tourne comme sur des roulettes et les titres fluctuent entre éclaircies diablement mélodiques et grosses rythmiques saccadées d’une puissance captivante. Les atmosphères sont chargées, presque tendues, fréquentées de soli torrides. L’infrastructure basse / batterie pilonne presque sans relâche, bien charpentée et indéfectible. On ressent ici l’inspiration de la caractéristique la plus teigneuse de Porcupine Tree ou de The Pineapple Thief. En effet, nous sommes dans un genre assez proche, néanmoins, une signature musicale particulière et un son personnel permettent de faire une différence très appréciable.

Phi s’affirme de disque en disque, et même si les précédents étaient déjà remarquables, voire plus sophistiqués, ce dernier semble être à l'apogée de leur discographie, tant sur le plan de l'inspiration que de la finition.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir