:)
11 Février 2018

Kayak

Seventeen

par Florent Canepa

Avec son logo frais et badin comme issu de l’économie numérique et le peu d’évocation que suscite son nom, on pourrait presque croire à une jeune formation dopée à la mélomanie d’autrefois. Et pourtant… C’est bien dans les arcanes historiques du progressif néerlandais qu’il faut retrouver les origines de ce groupe qui n’a pas vraiment dix-sept ans, mais plutôt un demi-siècle, malgré son hiatus. Seventeen se lit en effet comme dix-septième album, même s’il est difficile d’imaginer que l’on a affaire à un dinosaure tant la fougue emplit le moindre recoin de production.

Fourmillant d’idées, Kayak (comme son homonyme sur la toile) est une invitation au voyage. Symphonique mais pas poussif, l’album et l’expression stylistique font tour à tour penser à Act (pour la légèreté comme sur le sautillant « God on our side »), Flower Kings mais aussi Bowie ou Queen pour l’aspect amuseur public. Cuivres ou cordes forment un alliage rare qui rend la pédanterie hors de propos dans un genre qui en a pourtant parfois l’apanage. Parfois celtisant mais pas barbant, la bande de Ton Scherpzeel, le rescapé d’origine propose une mixture inspirante, s’entourant d’une nouvelle génération parmi laquelle on retrouvera des noms pas si inconnus comme l’ex-Pain of Salvation Kristoffer Gildenlöw ou encore Collin Leijenaar dont on a croisé les futs chez Neal Morse.

Il existe en son sein quelques faiblesses structurelles, notamment le chant qui ne laissera pas un souvenir impérissable, mais l’enthousiasme qui se dégage de l’ensemble conquiert l’auditeur dès les premières notes. Elégant, divers, Seventeen s’offre même le luxe de trois pièces hautement progressives (comprenez longues) dont « La Peregrina », une des réussites monumentales de l’album et qui peut sans nulle doute rivaliser avec les maîtres du genre, de Genesis à Marillion. Alors en faut-il vraiment plus pour se laisser convaincre ? Le talent attend ici le nombre des années pour notre plus grand plaisir.

Commentaires 

#1 nanxiangwe 04-06-2018 11:37
Royal Hermes handbags?name brand, serious price and unique artwork carries swept worldwide, Synthetic version Royal Hermes handbags see generation strategy holdings and liabilities move are good,Royal Breitling Watches contained in the program high-end sit back and Omega fake watch promote comes with a considerable the proportion, Duplicate Royal Breitling Watchesdevices at the smallest the cost internet earnings Model Omega?business possesses a distinctive investments enjoy, Royal Breitling Watches play profits inside the front of these Physical exercise sit back and watch industry.
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir