:|
25 Août 2003

Fixxx

Sang-Froid

par Julien Weyer
Autant le dire tout de suite, le lien entre Fixxx et les musiques progressives n’a pas fait l’unanimité au sein de la rédaction de Progressia, loin s’en faut ! Pourtant si l’on admet que progressif rime avant tout avec expérimental, alors ce premier album appartient bel et bien au genre. Développant un style proche d’un autre groupe français, Innerchaos (dont Neopolis a été chroniqué ici à l’automne dernier), Fixxx mêle à une base metal divers courants tels le gothique, l’indus ou l’électro, le tout dans des ambiances désespérément sombres et pesantes.

A l’évidence Fixxx ne cherche pas à plaire mais à s’exprimer sans faux-semblant, en utilisant tous les outils à sa disposition. En cela, sa démarche sans concession suscite l'intérêt. Paradoxal à bien des égards, Sang-froid révèle cependant ses atouts au fil de plusieurs écoutes, à qui passe outre ses aspects rebutants : des mélodies efficaces mais souvent lancinantes, des textes soignés et pour la plupart en français, exprimés par un chant assuré – souvent guttural – mais dont l’impact est amoindri par le peu de liens avec l’accompagnement instrumental et un mix énergique mais étroit...

La richesse des arrangements et les croisements entre chant et choeurs évoquent parfois Faith No More à l’époque d’Angel Dust, mais cette comparaison, certes flatteuse, laisse aussitôt un sentiment de frustration. Il manque un petit grain de folie, une touche d’emphase aux claviers ou tout simplement une cohésion, pour combler la différence entre un bon début et un album de référence. Le tout donne l’impression – injustifiée ? - d’un résultat pas assez abouti par rapport aux ambitions affichées.

Sachant que Fixxx est encore un groupe relativement jeune et n’existe sous sa forme actuelle que depuis quelques mois, on préférera voir la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide : c’est d’ailleurs ce qu’aurait reflété la note globale si elle n’avait été arrondie comme c'est d'usage chez Progressia à l’entier le plus proche ! Comme pour Innerchaos, on ne peut qu’encourager Fixxx à persévérer, car beaucoup d’ingrédients semblent réunis pour la réussite. Ne reste plus qu’à affiner la recette !
  • Année: 2003
  • Label: Next Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir