:|
22 Septembre 2017

T.Phan

Soon

par Aleksandr Lézy

On se souvient avec un soupçon de plaisir de Taï Phong, ce groupe français fondé par deux frères nés au Vietnam et avec lequel les jeunes Jean-Jacques Goldman et Michael Jones ont fait leurs débuts au milieu des années soixante-dix. A la batterie, un autre tout jeune musicien faisait ses armes : Stéphan Caussarieu. Son deuxième album sous le nom de T.Phan Soon est sorti en 2016, totalement autoproduit et distribué par Muséa Parallèle.

Avec un an de retard sur la sortie, il fallait absolument parler de ce disque, reflet d’une époque où les musiciens, seuls ou à plusieurs, ont le pouvoir de créer de la musique de A à Z, même avec des moyens réduits et de la faire entendre partout, mais aussi d’une époque où l’on peut rendre honneur à un rock progressif teinté des couleurs des années 80.
Stéphan Caussarieu compose tout mais surtout chante et joue de la batterie et les différents claviers. Sa musique se situe quelque part entre le rock progressif bien trempé et le jazz-rock suranné. Des influences marquées à la King Crimson période trilogie se détachent comme sur le refrain du très bon « Promises » ou encore par exemple Sting sur « Wake Up » et bien d’autres tout au long de l’album.
Le musicien a une façon bien à lui de composer, sincère et propre, voire même élégante mais il a tendance cependant à allonger avec insistance et de manière systématique les structures sans que cela apporte réellement quelque chose aux morceaux. Certains sons de claviers comme sur « Give Me Love » semblent inappropriés et malvenus, c’est un détail.
Soon est un album très personnel permettant à l’artiste de montrer les différentes facettes de son écriture. Qu’il plaise ou non, la variété des compositions ne détonne pas, l’ensemble étant de manière générale assez homogène, même sur les passages les plus « pop », de « Will I Know » par exemple. Stéphan Caussarieu sait doser ses apparitions de batterie et n’est jamais dans l’excès ou la démonstration gratuite. Ses talents, chant compris même si l’on sent que ce n’est pas son premier rôle, nourrissent ses morceaux pour le bien de sa musique, c’est palpable. En resserrant sa ligne directrice et en montant un groupe au complet, il serait bien possible qu’il nous épate.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir