:)
14 Juillet 2017

Torquem

Sarah Anne

par Aleksandr Lézy
dans

Pourtant ambitieux et intrigant, Ansiktet, le premier volet de la trilogie imaginée par le trio parisien Torquem n’avait pas suscité à l’époque et à tort, l’engouement de Chromatique. Voici l’occasion, avec Sarah Anne trois ans plus tard, d’amener une nouvelle pierre à son édifice, une piste de plus dans le mystère amorcé en 2013.

Le trio parisien composé d’une guitare, d’un saxophone et d’une batterie a pris de nouvelles dispositions en conviant une ribambelle d’invités. Afin de pousser sa musique un peu plus loin que les programmations synthétiques du premier disque, tout est ici joué avec de vrais instruments pour la plupart classiques. Rock de chambre d’avant-garde, l’auditeur pourra ressentir le côté froid des groupes scandinaves et les influences post et math rock extrêmement bien dosées sur l’ensemble des six morceaux.
Sarah Anne développe une écriture très soignée, moins rigide que sur Ansiktet mais qui ne laisse cependant pas plus de liberté ni de place à l’improvisation qu’auparavant. La musique de Torquem est toujours aussi mélancolique, cinématique, basée sur des tempi relativement modérés, avec néanmoins un petit décollage sur le dernier morceau « Törst ». Le trio a su rendre ses compositions plus diversifiées, plus colorées et grâce à une autoproduction qui relève plus du professionnalisme que de l’amateurisme, il réussit à donner de l’ampleur à un univers étrange et très personnel.

En trente-trois minutes, Torquem utilise de nombreux procédés de jeux, de rythmes et de dynamiques, grâce à l’utilisation à géométrie variable des invités. Sarah Anne vient compléter de bien belle manière Ansiktet, une évolution qu’il faudra maintenir pour la suite, même si l’attente sera probablement longue.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir