coup de coeur
31 Mai 2017

Thomas de Pourquery Supersonic

Sons of Love

par Jean-Philippe Haas

Ce devait être un one shot. Mais trop belle avait été l'aventure du Supersonic, couronnée par une Victoire du jazz en 2014, pour que Thomas de Pourquery ne soit pas tenté de nous concocter un second jet, entièrement inédit cette fois, ou presque. Y insuffler l'esprit cosmique de Sun Ra sans donner dans la reprise ni le plagiat maladroit, voilà qui était pourtant un sacré défi à relever. Pari réussi, disons-le tout de suite.

Pour rééditer le tour de force accompli avec Plays Sun Ra, le chanteur-saxophoniste n'avait d'autre volonté que de réunir la même fine équipe, histoire de recréer une seconde fois l'indispensable alchimie. Mais se mesurer au maître du free-jazz mystique autrement qu'en qualité d'arrangeur n'a pas été chose aisée ; iI lui a donc aussi fallu déployer son art de la composition pour donner forme à des odes psychédéliques à la hauteur du talent de feu le créateur de l'Arkestra, et tenter ainsi de perpétuer ces atmosphères à la fois paisibles et enfiévrées, tantôt gorgées de mélancolie, tantôt en proie à la frénésie, irradiant chœurs et passages instrumentaux héroïques. De Pourquery expose également ses grandes qualités de chanteur (dont on était déjà convaincu depuis son escapade dans la pop avec VKNG ) tout au long d'une œuvre faite d'épisodes bouillonnants (« Mermaids », « Sons of Love  », la longue cavalcade hypnotique de « Give The Money Back »), planants (« From Planet To Planet », « Slow Down », « Simple Forces ») où le trio saxophones/trompette fait mouche, comme on peut l'entendre notamment sur l'apothéose colorée du final de « Revolutions  ». Néanmoins, aussi brillamment orchestré soit-il, cet album n'aurait été complet et honnête sans un ultime clin d’œil à celui par qui tout est arrivé. La superbe reprise de « We Travel the Space Ways » rend ainsi un juste hommage à la magnificence de Sun Ra, qui perdure à travers le temps et l'espace...

L'élève avait témoigné son admiration au maître en interprétant les créations de ce dernier, il s'émancipe aujourd'hui pour lui rendre gloire par ses propres compositions. La boucle est bouclée. Sons of Love, comme son prédécesseur, est un trip space-jazz qui délivre ses ondes de plaisir aux quatre coins du cosmos. Heureusement , on est sur leur trajectoire.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir