:)
29 Mai 2017

Anakdota

Overloading

par Aleksandr Lézy

Véritable abreuvoir à rock progressif du monde entier, AltrOck Records et sa branche Fading Records ont déniché ici une formation plutôt atypique et relativement moderne en provenance d’Israël. Grâce à une activité importante, le label permet à Anakdota de sortir son premier album Overloading, croisement de genres et de postures. Sur le papier, la formation présente bien, mais qu’en est-il réellement ?

Avec trois instruments : le piano, la basse et la batterie, et deux chanteurs : un homme et une femme, Anakdota provoque la curiosité en premier lieu, la surprise en second. Démarrant sur les chapeaux de roue, l’auditeur sent rapidement que les forces en présence en imposent. Clairement inscrit dans le paysage rock progressif, l’énergie s’oriente vers une attitude jazz moderne ultra énergique, parfois presque épileptique. Techniquement et mélodiquement de très haut niveau, le piano joue la carte du maître d’œuvre, celui sur qui tout repose ou presque. Le duo basse / batterie n’est pas en reste, ambitieux et performant, soutien impressionnant aux acteurs principaux.
Au-dessus de tout cela s’ajoute le chant principalement masculin, les interventions féminines étant rares et pas particulièrement convaincantes; le travail vocal démontre une belle implication, faite de lyrisme et d’audace. Cependant, les échanges entre les deux voix auraient mérité d’être approfondis, tout comme leur traitement au sein de la production, trop centré et présent dans le panorama.

Si l’on devait citer une influence en particulier, Emerson, Lake & Palmer serait probablement la plus proche; il suffit d’écouter l’introduction du très bon morceau « Girl Next Door ». Anakdota est une version moderne d’un rock progressif marqué tendant amoureusement vers le jazz de manière prononcée mais aussi subtile. Un sincère et bien bel premier effort.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir