:)
09 Mai 2017

L'Effondras

Les Flavescences

par Aleksandr Lézy
dans

On en avait entendu parler comme d’un groupe prometteur. Avec un premier album et deux EP quasiment tous sortis la même année, ce quatuor lyonnais, devenu depuis un trio, n’avait pas chômé pour se faire connaître. L’Effondras, c’est son nom, cultive le mystère avec sa musique racée, prenante et vigoureuse. Avec Les Flavescences, terme pour décrire la couleur jaune or, la puissance des guitares électriques soutenues par une batterie enlevée, éblouit de ses rayons l’immensité d’un territoire sonore, aride et sauvage.

L’Effondras propose un rock instrumental, extrêmement texturé. Piochant dans le post et le noise rock voire le blues, l’opposition des forces en présence se combine avec aisance et délicatesse. Avec deux guitares électriques dont une barytone, la difficulté réside dans le fait que l’une ne prenne pas le pas sur l’autre. Avec beaucoup de sensibilité et des distorsions granuleuses habilement réglées, elles se marient brillamment rendant le matériau ciselé et surprenant. Le mix subtil et efficace permet d’apprécier chacune d’elles séparément.
Avec ces quatre pistes dont une de plus d’une demi-heure, L’Effondras fait subir les affres de ses humeurs en jouant sur les volumes, les intensités, les colères tempérées, les répétitions et sans le soutien d’une batterie passionnée et versatile, sa musique n’aurait pas la même teneur. Elle soutient les fondations d’un monde où il suffirait de peu pour passer dans une noirceur féroce.
Avec une continuité dans son travail : les morceaux ont un numéro autre que celui des pistes, L’Effondras tend à créer son propre territoire musical. Les Flavescences est un disque à fleur de peau, qui par son incroyable richesse, même si elle n’est pas apparente et toute proportion gardée, saisit immédiatement l’auditeur. Une musique de forme et de fond à n’en pas douter.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir