:|
18 Septembre 2008

All Shall Perish

Awaken the Dreamers

par Nicolas Soulat
Nous serions tentés de prendre nos jambes à notre cou vers des havres plus mélodiques devant ce metal torturé, voire inaudible, à l'artwork enclin aux préjugés les plus douteux. La curiosité reste néanmoins de mise, surtout au sein d'un webzine prônant la réconciliation des genres et l’ouverture.

Si les Californiens possèdent, depuis leur premier album Hate.Malice.Revenge (2003), une fâcheuse tendance à osciller entre le grind et le death le plus gras, ces musiciens n'en restent pas moins aguerris et extrêmement lucides sur leur approche musicale. Une attitude confirmée par The Price of Existence (2006) qui, doté d'une production claire et tonique, nous a donné une furieuse envie de partager un genre bien trop souvent laissée au placard, dans lequel est développé un deathcore américain mâtiné d'influences suédoises et d'un sens du lead qui force le respect !

Ce nouvel album met donc un point d'honneur à contenter les derniers indécis, sans coercition. L’évolution est engagée pour de bon avec un son nettement plus propre, s’éloignant parfois de l’approche « triggée » et compressée inhérente à leurs homologues. Les Américains persistent à infliger de bonne grâce une puissance de riffs écrasante mais prennent également le soin d'apporter de la mélodie aux tonalités rafraîchissantes avec du chant clair, parfois proche d'Opeth (« Memories of a Glass Sanctuary »), et son lot de guitares acoustiques et de claviers.

All Shall Perish vient donc taquiner les Sikth et autres Protest the Hero, tout en se démarquant par cette mélancolie propre qui transpire au sein même de thèmes fulgurants et de rythmiques bulldozers. Sans non plus appeler à la révolution, le groupe affiche désormais une identité forte et élargit son discours en canalisant l’agressivité de ses débuts. De la classe et de la finesse revigorante pour un groupe qui part du grind technique et parfois gratuit. Une initiative de bon goût à saluer tant la démarche vaut le détour, voire un agréable séjour.
  • Année: 2008
  • Label: Nuclear Blast

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir