:)
26 Avril 2017

Mastodon

Emperor of Sand

par Alexandre Gombaud-Saintonge

Mastodon, l’un des fers de lance du sludge metal, revient cette année avec Emperor of Sand , album concept qui n’est pas sans rappeler Crack The Skye, autre œuvre à dimension progressive. Cette dernière, par sa richesse et sa cohérence en termes de composition, avait été décrite comme portée par « une vision ambitieuse et une interprétation vive » lors de sa sortie en 2009. Ce nouvel opus permettra-t-il de renouer avec ce succès tant critique que commercial?

A l’écoute, Emperor of Sand est une fable contant l’exil d’un homme condamné à errer dans le désert jusqu’à l’agonie. Le ton est d’ailleurs donné en contemplant l’artwork de la pochette : des couleurs chaudes et sombres évoquant l’enfer d’un supplicié, lui-même représenté par un monarque ubuesque. La première pièce de l’album, «  Sultan’s Curse  », nous submerge immédiatement de riffs acérés mêlés aux chants puissants de Troy Sanders, Brent Hinds et Brann Dailor. A l’écoute de celle-ci, nous nous attendons à un album d’une violence maîtrisée, à l’instar d’un The Hunter . Pourtant, de nombreux morceaux viendront nous contredire sur ce point : «  Show Yourself  » frappe par ses accents pop dignes des Foo Fighters tandis que «  Word to the Wise  » renoue avec les influences stoner d’antan.

L’œuvre, parsemée de thèmes riches et variés, souffre néanmoins de quelques faiblesses de forme. Nous regretterons d’abord l’absence de pièces plus atmosphériques afin de ventiler un album dense, bien que concis (51 minutes). Les titres s’enchaînent parfois sans grande cohérence, notamment d’«  Ancient Kingdom  » à «  Andromeda  ». Ensuite, la structure des chansons est très similaire de l’une à l’autre et témoigne d’un certain manque de risque : couplet/refrain/pont/refrain. Une seule pièce rompt avec cette règle : «  Jaguar God  », semi-ballade majestueuse se terminant en apothéose sur l’un des plus beaux solos que le groupe ait composé.

Emperor of Sand n’en reste pas moins une œuvre de très bonne facture qui regorge de titres efficaces et taillés pour la scène. Mieux, Mastodon nous gratifie d’un album dont la musique et les thèmes cathartiques sont un vibrant hommage, non seulement aux proches du groupe, mais également à de nombreux mortels atteints du cancer.

Don't waste your time, if it's the last thing that you do!

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir