:)
01 Février 2017

Chromb!

1000

par Aleksandr Lézy

Il y a deux ans sortait le deuxième album de Chromb! judicieusement nommé II, extraterrestre subjuguant. En misant sur le bon cheval, la prédiction voulait que ce quartet remette le couvert de haricots verts et c’est avec joie et bonheur qu’avec un peu de beurre, nous nous laissons entraîner par 1000 judicieusement nommé … euh non en fait … mais oui quand même !

Mille fois mieux ? En exagérant légèrement, cet album qui aurait dû s’appeler III en vaut bien le double, voire le triple puissance 4. Grâce à une collecte participative, 1000 est à peu de choses près la somme récoltée. Ce groupe français qui aime tant jouer avec les chiffres accentue ici son côté math-rock, réduit minutieusement son attache jazz et multiplie ses idées dans des structures élargies où l’insolence n’a d’égale que la maturité de l’écriture.

La durée du disque a doublé, l’énergie est à son summum ; cependant, l’incursion dans 1000 ne se fait pas facilement. Rappelons que les Lyonnais n’ont pas de guitare ce qui fait reposer beaucoup de paramètres principalement mélodiques sur le saxophone, les claviers mais aussi la basse. Le groupe décline les influences stylistiques tout en gardant unité et énergie, se permet de rajouter par moments du chant humoristique. Parfois absurde et farfelue, la musique de Chromb! est variée et consistante, même dans les expérimentations les plus poussées, l’aura de Mr Bungle planant furtivement de-ci de-là.

Chromb! a encore une fois mis dans le mille, c’est le cas de le dire avec un album lêché dans les moindres détails, même si quelques micro longueurs effacent le côté immédiat des débuts. Fruit d’un travail considérable, semble-t-il, production incluse, 1000 suscite l’engouement et force le respect. Le groupe a su faire évoluer sa musique sans la dénaturer, c’est une réussite.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir