:)
04 Décembre 2016

Matthieu Marthouret Bounce Trio

Contrasts

par Aleksandr Lézy
dans

En 2009, pour ses 30 ans, Matthieu Marthouret s’offre son premier album en tant que leader d’un quartet de jazz. Après deux albums avec cette formation, le nom est autre et s’est resserré autour d’un trio : le Bounce Trio avec Serge Lazarevitch en invité. Constrasts, deuxième bond de ces Français après Small Streams … Big Rivers sorti en 2014, impose une vision très personnelle d’un jazz moderne et accessible. Lumière sur cette petite nouveauté.

Matthieu Marthouret a fait de l’orgue Hammond son jouet de prédilection. Si en addition viennent se greffer un Moog et quelques autres synthétiseurs par-ci par-là, le jazz du Bounce Trio ne comporte en revanche aucune note de piano ! Cette particularité est à souligner car permet avec élégance de façonner des lignes de basse et de faire de la place mélodiquement tout d’abord au saxophone ténor et à la clarinette basse de Toine Thys puis d’installer intimement la guitare de l’invité permanent Serge Lazarevitch sur la batterie de Gautier Garrigue.

Bounce Trio propose une musique avenante, ancrée dans le mouvement du cool jazz. Avec une manière de jouer plutôt jeune et moderne, le trio manie l’art de la sensualité et de la douceur. L’album finement rempli défile comme un séducteur sur un podium. Oui, il séduit. Les compositions sont chatoyantes, même lorsqu’elles soulèvent par leurs titres les notions de victimes des attentats récents … Lorsque Pink Floyd est revisité avec « Shine on You Crazy Diamonds », le Bounce Trio prend des airs progressifs, mais il sait aussi groover avec la série des très réussis morceaux « Bounce » démarrée sur l’album précédent, comme « Bounce 10 » et sa métrique à 10 temps atypique.

C’est une caractéristique de plus en plus fréquente dans le jazz français depuis quelques années que de ne plus se mettre en avant mais de créer pour et avec le collectif. La sortie de cet album officialise, dans ce même esprit, la naissance du label indépendant We See Music (petit hommage sympathique à Thelonious Monk). Les notions de démonstration ne sont plus de mise et Matthieu Marthouret assoit un véritable climat de groupe. Le maître mot de cet album est « sensibilité » ! Contrasts fait montre de beaucoup de nuances, de douceur et de vie. On aurait beaucoup aimé que les trois minuscules pièces d’improvisation soient développées, quel potentiel ! En bref, un moment vraiment rafraîchissant et agréable.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir