:)
12 Octobre 2016

Matthieu Thibault

David Bowie – L'avant-garde pop

par Jean-Philippe Haas

2016 a vu partir nombre de musiciens talentueux, et cela ne va sans doute pas aller en s'arrangeant, si on considère que nos idoles d'il y a quarante ou cinquante ans commencent à avoir quelques kilomètres au compteur, et que leur mortel moteur ne tiendra pas éternellement. Matthieu Thibault, auteur d'ouvrages sur Sonic Youth et Miles Davies (sans oublier un essai sur la collaboration de David Bowie avec Brian Eno dans sa période dite « berlinoise » à la fin des années soixante-dix), clôt ainsi définitivement le chapitre Bowie avec une triste mise à jour et une réédition par Le Mot et le Reste d'un volume paru initialement en 2013.

L'homme aux multiples identités scéniques, David Robert Jones de son nom de naissance, a donné lieu à une abondante littérature, mais ce livre n'est pas qu'une énième biographie consacrée à l'un des monuments de la pop audacieuse. Matthieu Thibault adopte les différentes approches que peut posséder un vrai musicologue où le processus de genèse de l'œuvre et l'analyse des compositions tiennent une place aussi importante que les aspects purement factuels. C'est donc d'un travail presque « savant », mais jamais barbant, dont il s'agit ici. Depuis ses débuts quelque peu laborieux à son statut d'icône glam jusqu'aux succès planétaires des années quatre-vingt et au testamentaire Blackstar, la trajectoire atypique, souvent à contre-courant, de ce joaillier de la pop est décrite avec un souci de la précision, tandis que ses disques et collaborations (Tin Machine, Iggy Pop…) sont analysés avec une grande minutie, un éclairage intéressant pour les novices et indispensable pour les plus initiés. Matthieu Thibault n'a pas cherché à romancer son livre pour le rendre plus accrocheur, mais plutôt à donner une vision globale de cet artiste multimédia, soulignant son refus presque constant de l'immobilisme et la dimension quasi progressive de sa musique.

David Bowie – L'avant-garde pop n'est donc certainement pas un ouvrage grand public qui brosserait un portrait général et consensuel dans un style Paris-Match. Il ne s'agit pas davantage d'un livre abscons et excessivement analytique destiné à une minorité de musiciens. Cette biographie, précise et documentée, s'adresse à un public un tant soit peu mélomane, pour qui Bowie n'est pas uniquement l'interprète de « The Man Who Sold The World », « Space Oddity », « Life On Mars? » ou « Let's Dance » mais aussi un artiste complet à la fois auteur et compositeur, en perpétuelle évolution et dont la trace dans la musique populaire est désormais indélébile.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir