:(
22 Juillet 2008

Perihellium

The New Beginning

par Jean-Philippe Haas
Oyez, oyez, fans de Dream Theater, et réjouissez-vous ! Après la déferlante de clones italiens des années quatre-vingt dix, voici la réplique polonaise des années deux mille ! Sans états d’âme, Perihellium fait la sourde oreille aux excès du passé et se lance allègrement dans la même voie, celle d’un pillage artistique tous azimuts.

Si les émules italiens souffraient parfois d’un manque de moyens et d’originalité, au moins avaient-ils le plus souvent un bagage technique conséquent (souvenez-vous de Arkhè, Zen, Evil Wings et autres Empty Tremor). Nos amis Polonais accusent sensiblement les mêmes défauts, mais techniquement, on est bien loin de la bande à Portnoy. Alors plutôt que de jouer du Dream Theater simplifié, ne vaudrait-il pas mieux s’abstenir ? The New Beginning s’ouvre pourtant fort agréablement avec « Chrome », titre instrumental affreusement classique mais raisonnablement efficace malgré une production plate et dénuée de toute puissance. Le reste ne fait cependant pas illusion bien longtemps. Qu’il s’agisse de « The Traveller », sorte de power-ballade laborieuse interprétée aux forceps ou de titres-clichés comme « Dream within a Dream », il n’y a rien de fondamentalement intéressant. Et que dire de « Beyond the Time », sorte de « A Change of Season » du pauvre, où en matière de mimétisme on trouve le meilleur (rarement) comme le pire (souvent) ? Perihellium serait probablement plus à l’aise dans un registre heavy mélodique sophistiqué, comme « Redd » peut le laisser pressentir, d’autant que le chant râpeux de Marcin Sułek, l’un des rares éléments qui tienne debout dans ce frêle édifice, ferait parfaitement l’affaire.

La Pologne se réveille et inonde le marché déjà fort saturé du rock/metal progressif. Si certains labels (Metal Mind) et artistes (Indukti, Riverside) sont d’ores et déjà des locomotives, la plupart de ces groupes de l’Est, à l’image de Perihellium, embarquent pour le moment dans le wagon de queue.
  • Année: 2008
  • Label: Insanity Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir