:)
18 Avril 2016

Okidoki Quartet

Si tu regardes

par Jean-Philippe Haas

Le saxophoniste Laurent Rochelle occupe la scène jazz depuis une vingtaine d'années déjà : quatre albums avec Monkomarok, trois avec le Lilliput Orkestra et quatre en solo, pour ne citer que son travail discographique. Celui-ci s'enrichit aujourd'hui du premier disque d'Okidoki, après un petit tour de chauffe en 2014 sous forme d'un EP intitulé Echobirds.

Dès l'ouverture, « Morgen » dessine peu ou prou les contours de Si tu regardes : mélodies finement travaillées, motifs répétitifs, minimalisme, ambiances douces-amères. La chanteuse belge Anja Kowalski renforce ces colorations sur trois compositions chantées ou parlées, en allemand (« Morgen », « Zeit ») et en anglais (« Echo Bird Sing Her Song To Me »), tandis que la clarinette basse et le saxophone soprano de Rochelle apportent respectivement chaleur et douce mélancolie à l'ensemble. Le quartette ne s'emballe qu'à de rares occasions (« Airports », « Okidoki », paradoxalement les titres les plus « conventionnels »), la batterie et le piano pratiquant le plus souvent la retenue. Ce dernier fait preuve d'une poésie presque romantique, d'une sorte de lyrisme contenu qui s'accommode à merveille des propriétés hypnotiques de nombreux passages.

On se laisse facilement dériver au gré des méandres de Si tu regardes qui, s'ils sont peu sinueux et ne feront pas chavirer notre embarcation, porteront celle-ci en toute sécurité le long d'un fleuve paisible, au gré d'un voyage à la portée de tout le monde, ponctué de moments gracieux et d'instant envoûtants.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir