:(
14 Avril 2016

The Ed Palermo Big Band

One Child Left Behind

par Aleksandr Lézy

Nous commençons à bien connaître Ed Palermo chez Chromatique, l’indécrottable remanieur de Frank Zappa. Avec son grand orchestre de dix-huit musiciens, il inonde depuis de nombreuses années la planète de son amour pour le fantastique moustachu. Avec One Child Left Behind, il remet le couvert, encore une fois, en agrémentant de quelques reprises d’artistes comme Los Lobos, Leiber and Stoller, Neil Young, le thème du film Scarface de Moroder, en plus des morceaux de Zappa. Il se paye aussi le luxe d’avoir à nouveau la présence de Napoleon Murphy Brock sur trois titres et la plus jeune sœur de Frank, Candy, sur deux autres morceaux.

Palermo nous gratifie de quelques-unes de ses compositions, qui bien que de qualité, font maigre impression accolées à celles de son idole … Le côté jazz Big Band a son charme aussi mais n’est pas joué avec la même exaltation, ni la même franche tranche de rigolade. Comprenons-nous, Frank Zappa est unique et même si le reprendre est assurément un véritable tour de force, son œuvre est difficile à être appréciée entre les mains d’un autre.

Certes, Ed Palermo maîtrise à merveille le répertoire zappaïen, les petits arrangements personnels passent plutôt pas mal, comme sur « Cleetus Awreetus Awrightus », « Fifty-Fifty » ou encore « Village of the Sun » mais bon sang, quel est ce besoin de mélanger torchons et serviettes ? N’est-ce pas possible de faire la part des choses entre sa musique, son amour pour Zappa et quelques reprises dispensables ? One Child Left Behind aurait probablement un autre goût si les choses étaient présentées différemment …

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir