coup de coeur
10 Avril 2016

Haken

Affinity

par Lucas Linussio

Il y a des groupes qui nous fascinent plus que d’autres. Des disques qui nécessitent une forte attention, dont on n’arrive pas à se détacher tellement leurs univers sont remplis d’une magie inexpliquée et qui nous touchent au plus profond de nous-mêmes. Et c’est de cela que l’on va parler aujourd’hui dans cette chronique. D’emblée, dites-vous que ce nouvel opus créé par les six virtuoses qui composent Haken est un monument qui va probablement se retrouver sur la première marche des tops de 2016. Mais remettons-nous dans le contexte : après un EP fort sympathique en 2014, nommé Restoration, les Anglais sont repartis de plus belle pour concocter un nouvel album. L’attente est longue et fournie en plaisanteries, comme ils savent le faire. C’est aussi le premier album de Conner Green, un excellent bassiste. Alors, qu’avons-nous de si exceptionnel dans Affinity ?

De prime abord, ce qui frappe le plus, c’est la foultitude de références et autres clins d’œil aux influences des membres du groupe ! Surtout, la diversité de celles-ci fait de l’album un véritable fourre-tout musical comme on aime tant dans le prog. Par exemple, on peut voir des similitudes entre les instrumentaux de la fin de « 1985 » et « Octavarium », avec les unissions entre la guitare et le clavier. On retrouve aussi un peu de « Siberian Khatru » sur le refrain de « Lapse ». Et « Discipline » sur le pont de « The Architect ». Et même du Skrillex dans « The Endless Knot ». Bref, l’imagination du groupe est telle que l’on se perd au fin fond des morceaux avec grand plaisir et l’on s’évertue à émettre des hypothèses sur la provenance de certains riffs.

L’idée du sextuor est aussi de procurer une ambiance globale à la galette. C’est sous le signe des années 80 que l’on voyage à travers les différents morceaux, sans pour autant oublier les racines metal des compères. L’étrange mélange tient bien la route et colle parfaitement à ce qu’ils ont l’habitude de proposer à l’auditeur. « 1985 » est un vrai cliché assumé de ces années-là, marquées en musique par les débuts de l’ère numérique. Ainsi, on retrouve des solos de synthé, des fills de batterie électronique… Malgré le caractère assez puissant des compositions, il y a dans le lot deux chansons plutôt douces permettant d’aérer le tout. L’une d’elles, « Bound By Gravity », est simplement superbe. Elle conclut parfaitement l’album en reprenant le <>riff d’« Initiate », nous laissant sur une note apaisée.

Il est clair que le travail fourni par Haken pour ce quatrième album est tout simplement colossal ! Affinity est la pièce maîtresse qui manquait à leur palmarès, pour être considérés comme le porte-drapeau de cette nouvelle vague d’artistes progressifs. N’hésitez pas une seconde et partez à la découverte de ce bijou car nous tenons là le meilleur album du groupe, et de loin.

Commentaires 

#1 Nama Kemono 18-04-2016 11:42
Je le commande le mois prochain. Il a l'air énorme, juste en écoutant les deux morceaux proposés sur youtube et ce que vous en dites je ne peux que craquer !!!
Citer
#2 Oneiros 08-05-2016 23:36
Un album énorme que je ne me lasse pas d'écouter.
A noter également que l'édition deluxe de l'album vient avec des versions instrumentales de tous les titres qui permettent de vraiment se rendre compte du travail colossal fournis par les membres du groupe.
Cette galette instrumentale s'écoute avec tout autant de plaisir que les versions chantées, un vrai régal !
Citer
#3 Jc 23-05-2016 11:35
Groupe qui s'inspire beaucoup des autres mais qui conserve pourtant une forte identité.
Les influences postrock de Mono ou Leetch sur "Bound by gravity" sont superbement utilisées.
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir