:|
17 Mars 2016

Nereids

A Message From Beyond

par Thierry de Haro
dans

Nereids est un groupe provençal qui a vu le soleil pour la première fois en 2006, mais dont on peut dire qu’il a pris son véritable essor en 2010, après deux ans d’inactivité. De cette reformation naît début 2012, un EP 4 titres, qui va lui permettre de se faire connaître auprès d’un plus large public. A cette époque, Nereids participe d’ailleurs au PPM (Power Prog & Metal) Festival à Mons, en Belgique, où les têtes d’affiche se nomment Accept, Epica, Evergrey, Blind Guardian, Sonata Arctica, Beyond The Labyrinth ou Andromeda pour n’en citer que quelques-unes parmi un plateau d’une trentaine de pays. Puis le groupe partage l’affiche avec Asylum Pyre, dont ils feront la première partie des 3 dates de leur tournée dans le sud-est de la France. En 2013, commence l’enregistrement de leur premier album, A Message From Beyond. Album qu’ils peaufineront pendant presque deux ans et auquel ils apporteront la touche finale par l’enregistrement des parties vocales, après l’arrivée, en août 2014, de Géraldine Jeannot, premier prix de chant lyrique au Conservatoire d’Avignon et … fan de métal (elle avait auparavant chanté dans deux groupes régionaux).

Les premières mesures du titre éponyme qui ouvre l’album ne trompent pas : ambiance mystérieuse sur laquelle ondulent quelques accords de violon, conférant à l’ensemble un ton baroque que viennent bousculer rythmique syncopée et voix lyrique. « Sail To Hades » démarre sur un tempo très rock, ciselé par l’archet virevoltant de Caroline Vergote, alors que le morceau suivant, « The End Of Light », est plutôt dans une première approche plus éthérée, avec un esprit davantage tourné vers le rock progressif. Dans un deuxième temps, la rythmique déroule son tapis rouge sur lequel la voix de Géraldine Jeannot vient déambuler d’octave en octave. Ainsi, à l’image de ces deux titres, on pourra trouver tout au long de l’album cette structure : introductions plus ou moins lentes, puis rythmique lourde, parfois saccadée, et parties vocales envoûtantes - même si chaque titre possède sa propre spécificité. Ainsi, le superbe « At The Beginning Of Time », tout en vocalises et plus proche du répertoire classique est différent du surprenant « Silent Hope » avec son intro à la Barry Lyndon et son refrain que l’on croirait emprunté au folklore breton. Sans parler de « Fight For The Fallen », dont le début du morceau évoquerait un « Canon » de Pachelbel sur-vitaminé aux guitares, version métal accélérée ‘of course’ !

Néanmoins, on pourra surtout percevoir ce ‘petit plus’ constitué par les interventions omniprésentes et toujours à propos du violon de Caroline, qui démarque, dans ce style symphonique, Nereids de ses potentielles influences telles Epica ou Whyzdom.

Avec A Message From Beyond, Nereids aura donc su apporter sa touche d’originalité, en mélangeant métal et instrumentations classico-baroques, puis en apportant cette touche lyrique par la voix d’une chanteuse soprano. Il devrait combler les amateurs du genre, d’autant que tous les ingrédients – temps et qualité d’enregistrement - sont présents pour en faire un premier album musicalement très mature.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir