:)
01 Mars 2016

Nonsense

On Earth

par Lucas Linussio

On le sait, le rock progressif est né d’expérimentations en tout genre. Entre le psychédélisme des années 70, la pop des années 80 et le métal des années 90, le prog se réinvente en piochant parmi les genres musicaux plus ou moins (voire pas du tout) à la mode, comme l’ont fait Pink Floyd ou Dream Theater en leurs temps. C’est dans cette veine que se distinguent les cinq compères de Nonsense. Le groupe est né de l’initiative de Sébastien Biola en 2012. En mai 2014, ils sortent un single, « Final Flash », ce qui leur permet d’ouvrir pour Texture à Lyon la même année. Désireux de sortir des sentiers battus du metal progressif traditionnel, les Lyonnais mélangent leurs influences pour donner un style hybride unique pour ce premier EP nommé On Earth . Il est constitué de 5 titres pour une durée totale de 30 minutes. Aventurons-nous dans leur musique.

Le but de cet opus est de montrer toutes les facettes de Nonsense. On retrouve des influences allant du groove (Pantera) au thrash (Gojira) en passant par le djent actuel. La palette sonore va des passages planants et doux et s’étend jusqu’aux riffs ravageurs comme dans « Inertia ». On y trouve même des touches jazz. C’est là tout l’intérêt du groupe, nous faire voyager au travers d’univers contradictoires sans pour autant s’éloigner des contrées métalliques. Le mixage est de très bonne qualité, quoique un peu sec sur certains passages. Par ailleurs, les compositions sont bien menées. Les passages plus planants sont un bon moyen de ne pas marteler l’auditeur de riffs pendant 30 minutes. Cela donne plus de cohérence au tout. Malgré tout, On Earth n’est pas parfait. La voix d’Olivier Sicaud, bien qu’elle soit puissante et musicale en chant saturé, ne semble pas forcément coller très bien aux ambiances douces pendant les chants clairs. Enfin, ce n’est pas une musique faite pour les amateurs de rock progressif. On est là dans le metal pur et dur. Pour un non adepte de musiques extrêmes, l’écoute de cet EP se révèlera fastidieuse.

Au bout du compte, c’est une réussite pour Nonsense. Malgré une musique pas franchement originale au vu de la scène djent actuelle, ils arrivent à se démarquer grâce à un mélange de styles intéressant. On espère pouvoir écouter un album digne de ce nom avec une qualité similaire dans les années à venir !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir