:)
05 Février 2016

GoGo Penguin

Man Made Object

par Malcolm

Imaginons le mélomane du futur, jetant ses oreilles sur notre époque, et tentant de reconstituer une page de l'Histoire de la musique à travers la catégorisation des scènes distinctes, des héritages et des points de convergence qui font le propre des années 2010. Sans avoir la prétention de prédire ce que la postérité gardera de nos musiques, gageons tout de même que le cas GoGo Penguin saura y trouver sa place, par son étonnant syncrétisme des productions actuelles.
Bon sang, on ne saurait mentir : c'est d'abord avec une carte de visite VIP que le troisième album du trio, Man Made Object, fait son entrée sous le label Blue Note, référence indétrônable du jazz international. Voilà pour la touche patrimoniale. Côté CV, Gogo Penguin se place également sous la bannière du jazz, autant par le cursus de ses musiciens que par l'accent mis sur les individualités composant le groupe.
Le propos musical développé dans Man Made Object a la qualité de puiser ses sources au sein d'influences très larges, et globalement contemporaines. L'auditeur peut y reconnaître des patronnages très larges, allant d'un langage jazz world dans la veine d'un Avishaï Cohen ou d'un Dhafer Youssef, à des emprunts subtils à la scène math-rock. On notera également l'approche originale et personnelle du batteur Rob Turner qui, en assimilant au sein de son jeu des phrasés propres aux musiques électroniques, réalise un travail approfondi et mature, constituant assurément l'un des atouts du projet.
L'écoute, d'abord jouissive par sa plastique irréprochable, pourra laisser sur sa faim l'auditeur avide d'expérimentations harmoniques plus audacieuses. Il est vrai que Man Made Object semble conçu dans le désir de plaire au plus grand nombre. C'est un peu dommage, d'autant que le titre final Protest offre un aperçu, moins consensuel et tout aussi avantageux, du vocabulaire étendu dont sait faire preuve le trio. Par ailleurs, et à tous les égards, nous avons affaire à un sans faute notable, à côté duquel il serait dommage de passer sans s'arrêter.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir