:)
21 Janvier 2016

Loomings

Everyday Mythology

par Aleksandr Lézy

Associé à des groupes de la scène progressive italienne comme Yugen, Not A Good Sign ou Empty Days dans des apparitions amicales et discrètes, Jacopo Costa semble s’être posé dans un projet personnel au nom de Loomings. Basé à Strasbourg, le groupe, composé de six musiciens dont deux chanteuses comme dans un certain Magma, a fait du Rock In Opposition son fer de lance, d’une manière très personnelle.

Premier album de la formation, Everyday Mythology se présente comme un travail d’avant-garde, puisant ses fondamentaux dans plusieurs genres du rock progressif. La configuration du groupe est audacieuse puisque la guitare est éliminée d’emblée, remplacée par le vibraphone, le Fender Rhodes (plus d’autres claviers) et des éléments de percussions en plus de la basse et de la batterie. Au centre de l’écoute se place le chant, dominant et envoûtant. En plus de celle de Maria Denami et de Ludmila Schwartzwalder, la voix masculine de Benoît Rameau prolonge l’effet de cohésion des tessitures et permet d’équilibrer les hauteurs de notes.
Le processus de composition n’a pas l’air évident : plutôt cérébral ou tout du moins intellectualisé et réfléchi. Loomings n’a pourtant pas l’air de se prendre au sérieux, le côté humoristique s’étant immiscé subrepticement dans sa musique, avec les textes drôles et absurdes, l’utilisation du kazoo et des voix par exemple et bien d’autres éléments encore. On pense à Frank Zappa, Henry Cow, The Science Group et d’autres phénomènes barrés, sans jamais crier au vol. Influencé par la musique contemporaine mais aussi par le Rock In Opposition, Loomings se joue des timbres, des harmonies et des collages mélodiques abstraits, tout en gardant un fil conducteur et du sens à chaque fois.
Pour un premier album, il se dégage une véritable cohésion et maturité dans l’assemblage des matériaux et des musiciens. L’idée créatrice qui est générée par cette homogénéité a quelque chose d’attirant et de passionnant à la fois. Ça change de ce qu’il est généralement possible d’écouter. La référence au « Black Dog » de Led Zeppelin est impayable et sacrément culottée tout comme le « Sweet Sixteen  » décalé, tandis que le morceau phare « A Waiting Game of Nonsense », ultra vivant, redonne un coup de fouet à la fin du disque .

Compositeur émérite, Jacopo Costa se pose ici en chef d’orchestre de ce joli petit monde et réussit à se fondre dans la masse sans écraser les autres, même si la production parait un chouïa étriquée et ramassée par rapport à l’espace d’expression. Everyday Mythology est un album plaisir comme il ne s’en fait plus, avec la qualité musicale mais aussi l’originalité de proposer quelque chose de différent. Pour un premier album, il n’y a qu’à féliciter Loomings et apprécier grandement.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir