:)
28 Décembre 2015

Alfie Ryner

III : Brain Surgery

par Aleksandr Lézy

Il aurait pu être le petit frère d’un grand judoka français, il est en fait le grand seigneur d’un petit domaine et le fils caché d’un anarchiste individualiste dans une branche expérimentale du jazz. Alfie Ryner assène les prises de son avec brio et se pose en cador d’une musique d’avant-garde qu’il ne semble pas vouloir intellectualiser mais construire comme une succession de nombreux processus de compositions et d’influences.

Troisième livraison du groupe toulousain, Brain Surgery ne laisse aucune place à l’à-peu-près. Composé de six morceaux différents mais unis par un son et une énergie débordante, ce puissant et sensationnel album est un condensé d’énormément de bonnes choses. Voici un jazz empreint d’émotions et de panache dont rares sont ceux capables de le faire. Ça fusionne, ça expérimente, ça tranche dans le lard puis se calme, avec en permanence cette notion de projection vers l’auditeur. La transmission est palpable et la connexion se fait rapidement dès les premiers sons, bruitages et notes de « Raging Chicken ».

Les cuivres sont portés par la batterie et la contrebasse de Loris Pertoldi et Guillaume Gendre : le saxophone de Paco Serrano Pozo et le trombone de Guillaume Pique fusionnent avec la guitare de Gérald Gimenez dans un climat cinématique intense maquillé de riffs brisés, démesurés et renversants. L’expérimentation joue un rôle important chez Alfie Ryner. On tente, on retente pour ne garder que les bonnes idées, celles qui font transpirer de la tête et des doigts. La musique se présente de manière à toujours avoir à l’oreille les deux couches superposées de rock et de jazz. Les textes scandés en français façon acteur de cinéma par-dessus ce magma d’intensité font vivre des instants sous tension positivement éprouvants.

Brain Surgery est un condensé de nombreux éléments haut de gamme tout en restant unique. Alfie Ryner réussit à varier les plaisirs, à envahir l’espace sonore, à créer des textures rugueuses et prenantes, des mélodies qui sortent des codes établis, et tant d’autres éléments récréatifs qu’il met en branle l’imaginaire et surtout les oreilles de l’auditeur. Avec cet album, Alfie Ryner passe maître en créativité et musicalité.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir