:|
24 Juin 2008

Division By Zero

Tyranny of Therapy

par Aleksandr Lézy
A l’instar de Riverside, Division By Zero est un de ces nouveaux groupes polonais émergents qui connaissent un certain succès ces derniers temps. Après deux EP autoproduits, Code of Soul (2004) et Out of Body Experience (2005), il est temps pour ce groupe apparemment prometteur puisque déjà programmé au ProgPower Europe 2008, de sortir enfin son premier album Tyranny of Therapy chez Insanity Records, label polonais de metal progressif qui sort coup sur coup Votum, Newbreed, Perihellium ou encore Symphony.

Tyranny of Therapy présente tous les aspects de l’album conceptuel avec une histoire en toile de fond. L’introduction « Evening » en témoigne, des voix et des bruits de pas se mêlent. L’ambiance y est sombre et angoissante et lorsque la voix particulière de Slawek Wierny se dédouble en chant clair (viril avec très peu d’accent) / growl (féroce à la limite du black metal), l’impression de schizophrénie se fait sentir (voir la pochette). Et d’ailleurs durant toute la durée du disque l’ambivalence des atmosphères est décoiffante, entre mélodies et ténèbres, comme l’avait si bien fait Evergrey sur leur second album Solitude.Dominante.Tragedy (1999).

Division By Zero dégrossit le genre en incorporant ce qu’il faut de technique dans le jeu des instruments mais aussi dans les structures complexes. Rappelant parfois le premier album d’Event Electric Skies (1998) ou le troisième d’Ivanohe Polarized (1997), les cinq musiciens synthétisent les influences comme pour s’enrichir d’éléments constitutifs. Le dosage est fin, jamais étouffant ou trop démonstratif. Les guitares sont lourdes et précises à la fois. Leszek Trela assure un rôle prépondérant dans l’évolution des morceaux, employant avec talent groove et efficacité, tout comme la remarquable section rythmique composée de Mariusz Pretkiewicz à la batterie et de Michal Wieczorek à la basse. Robert Gajgier aux claviers n’est pas en reste, jouant la carte de l’élégance entre textures profondes et mélodies subtiles. La production amplifie la qualité des compositions comme la sublime « Your Salvation » ou l’énergique « Self Control » grâce à un son massif et puissant, parfois agressif, mettant ainsi encore plus en valeur les aptitudes instrumentales de chaque musicien.

Division By Zero s’est préservé de voler vilement des plans à Dream Theater ou à d’autres et réussit le pari de se détacher d’un metal progressif convenu et imitatif. Il manque très peu de chose, comme le nombre de morceaux au compteur (seulement cinq réels sur les huit pistes que contient le disque, ce qui est horriblement peu) pour que Division By Zero devienne une figure incontournable du renouveau d’un genre qui peine à retrouver ses marques et ses lettres de noblesse. Un groupe à suivre de très près dans les mois à venir.
  • Année: 2008
  • Label: Insanity Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir