:|
16 Septembre 2015

fractures

fractures

par Aleksandr Lézy

Les petits os du corps humain sont autant de petites ramifications que pourraient être la multitude de notes composant un disque. Avec fractures, seuls cinq os sont passés en revue sur le premier EP du trio aquitain, mais la contusion est importante ! Sous forme de mini concept album préparant le terrain pour les années à venir, fractures déballe son savoir-faire anatomique, de manière clinique.

En une quinzaine de minutes, ce squelette d’album dévoile une musique en phase de maturation. Musicalement, le trio guitare/piano/batterie instrumental en pleine croissance fonctionne plutôt pas mal, faisant pourtant fi des fréquences basses. L’accent est mis sur un habile mélange de mélodies et de polyrythmies. Le côté math rock ne prend jamais le dessus sur l’aspect rock/metal progressif sous-jacent, appuyé par une batterie un peu trop lourde et des nappes de synthétiseurs presque anachroniques. La guitare électrique de Cyril Conca n’est utilisée qu’en son clair et tend vers une approche décalée de l’instrument vraiment intéressante. Un peu sous mixée, elle se fait cependant chahuter par le piano délicat omniprésent de Jean Lahargue et la batterie méthodique et technique de Damien Picherie. L’effet metal progressif n’est pas loin sans pourtant jamais y mettre le moindre os de pied.

Ce premier EP éponyme fonctionne comme une bonne carte de visite. Quelques ligaments pour renforcer la cohérence du son et de la production, un peu de calcium pour consolider le potentiel affiché et fractures devrait rapidement annoncer un album plein de rebondissements et de surprises. A suivre vivement, sans fêlure.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir