:)
08 Septembre 2015

The Last Embrace

The Winding Path

par Lucas Linussio

La scène progressive actuelle regorge de groupes méconnus du grand public, ne faisant de la musique que par passion et non à plein temps. On retrouve ce phénomène de plus en plus souvent, mais ne vous méprenez pas, la qualité des albums est souvent au rendez-vous. Nous avons là un bien bel exemple avec The Last Embrace. Ce groupe français propose une musique captivante et florissante depuis près de quinze ans. Après un album purement acoustique en 2013 et un crowdfunding pour récolter des fonds, promotion oblige, ils reviennent en force avec une œuvre électrique et inspirée.

The Winding Path est composé de six pistes, dont une fresque de plus de dix-huit minutes nommée « The Field of Minds », brillant morceau aux belles envolées. Plongeons-nous dans leur univers. Dès les premières écoutes, on ressent les influences issues directement du rock progressif des années soixante-dix et des groupes néo progressifs actuels tel que Porcupine Tree ou Anathema. Mellotron, orgue, guitares acoustiques, flûte, distorsion old school : des instruments rappelant les vastes exploits de ce genre musical. De plus, on remarque une influence atmosphérique plus marquée que sur les précédentes productions du groupe. Aussi, un côté jazzy émane des compositions, renforcé par le groove de la batterie et de la basse, comme sur le titre « White Bird ».

Arrêtons-nous un instant sur le morceau phare, « The Field of Minds ». C’est un concentré de ce que les Français nous offrent : richesse du vocabulaire, envolées à la guitare et au clavier mémorables, le tout dominé par la magnifique et envoûtante voix de Sandy. Un sans-faute. On pourrait cependant croire que tous les efforts ont été concentrés sur cette grande composition, délaissant le reste des morceaux, ce qui s’est déjà vu auparavant (on se souvient d’Octavarium de Dream Theater, avec son titre éponyme qui dépasse de loin les sept autres). Et bien pas le moins du monde ! The Winding Path forme un tout. Il a été pensé dans son ensemble pour avoir son identité propre. Toutes les compositions ont été soignées pour ne rien laisser de « bancal » pour l’auditeur.

Grâce à un mastering très professionnel et des musiciens hors pair, The Last Embrace nous livre ici une musique plaisante à écouter, et surtout accessible. Ainsi, si des néophytes s’aventurent dans l’univers du groupe, ils ne seront pas déstabilisés par The Winding Path. Nous avons donc affaire à un album d’une grande qualité, très inspiré mais sans jamais copier quiconque. Le quintette a réussi le défi de reprendre des influences de tous bords pour concocter un mets racé, avec une identité propre qui fera plaisir aux adeptes de la décennie 1970 en manque de nouveauté !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir