coup de coeur
11 Août 2015

Guapo

Obscure Knowledge

par Aleksandr Lézy

Guapo est une force tranquille guidée par un être qui pourrait se suffire à lui-même en la personne de son guitariste Kavus Torabi. Pourtant, ce groupe créé dans les années quatre-vingt dix par le batteur Dave Smith n’a jamais été freiné par les changements de line-up, bien au contraire. A chaque nouvel album, les deux principaux protagonistes ont su se reconstruire tout en gardant leur ligne de conduite, une forme de rock progressif instrumental sombre et répétitive. Obscure Knowledge, huitième album de la formation britannique, arrive très vite après History of the Visitation sorti en 2013. Signé à nouveau chez Cuneiform Records, puise-t-il dans de nouvelles ressources ?

Sortir de la trilogie formée par Five Suns (2004), Black Oni(2005) et Elixirs (2008), signé chacun sur un label différent, n’a pas été chose évidente. La preuve en est avec les cinq ans d’absence qui ont précédé la sortie de History of the Visitation. Pourtant, ce dernier avait sacrément remué les esprits, déroutant l’auditeur, tout en marquant de son empreinte chaque morceau qui le compose. Guapo remet le couvert quasiment de la même manière en démarrant Obscure Knowledge par une piste de vingt cinq minutes.
Seulement ici, « Obscure Knowledge » n’est en réalité qu’un seul morceau découpé en trois pistes. Quelque chose ne colle pas avec ce découpage, une sorte de décalage entre les durées et ce que cela apporte … En somme rien, si ce n’est naviguer à l’intérieur du morceau plus facilement.

Voici donc la seule chose à reprocher à ce morceau album dont les thèmes sont forts, mémorisables et repérables. Le côté drone, répétitif et redondant a presque été repensé, pour apporter plus de surprises. Guapo a repris, semble-t-il, son élan progressif influencé par les années soixante-dix pour un résultat passionnant. Certes, les recherches sonores paraissent moins ambitieuses sur ce disque mais elles permettent à la musique du groupe d’être légèrement plus digeste.

Distribué par Orkhêstra.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir