coup de coeur
22 Mai 2015

Ni

Les insurgés de Romilly

par Aleksandr Lézy
dans

La musique est de retour ! Tandis que les Burgiens de Ni fanfaronnent à tout va, Les insurgés de Romilly eux, caracolent en grandes pompes dans les platines des amateurs de math rock ébouriffant et satirique. Les quatre Français déjà auteurs de deux EP remettent le couvert cette fois-ci avec un album qui hume bon la ripaille.

Ni propose un math rock musclé, aux flagorneries harmoniques et jongleries rythmiques impressionnantes. Avec un démarrage en trombe, Les insurgés de Romilly prend la forme d’un album concept. Chaque morceau dépeint un mot de l’ancien français. L’utilisation d’un vocabulaire du XIXème siècle accentue le côté rocambolesque de la musique, qui se veut de toute manière cocasse.

Pourtant loin d’être nigaude ou même niaise, l’on déniche dans la musique de Ni une inventivité troublante voire confondante. Les effets de sons cavalent dans tous les sens à travers des riffs aussi nombreux que les alvéoles d’un nid d’abeille, et il faut bien avouer que toutes les idées développées dans cet album sont superbement expédiées. On assiste stupéfait à une « déboulonnerie » attachante et étonnamment cultivée, jardinée.

Ce math rock produit magistralement réussit à offrir deux dimensions d’écoute à l’auditeur : celle que l’on peut entendre dans sa grande majorité, plutôt rock ciselé, mais aussi celle dérivant vers des sonorités et rythmes plus métalliques, puissants et saisissants. Conjugués à cela les quelques cris et borborygmes semés sporadiquement, Ni se forge une identité d’une maturité éloquente à couper le souffle pour un engouement immédiat.

P.S : Cette chronique aurait pu n’avoir ni queue ni tête mais devant tant de paillardise et d’irrévérence, il fallait se rendre à l’évidence, Ni n’a que ce qu’il mérite : nos applaudissements les plus sincères, nananinananère !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir