:)
22 Avril 2015

Aymeric Leroy

Pink Floyd - Plongée dans l’œuvre d’un groupe paradoxal

par Jean-Philippe Haas

La réédition d'un livre est souvent bon signe. Celui d'Aymeric Leroy consacré à la discographie de Pink Floyd en est à sa troisième. La sortie de The Endless River a ainsi été un bon prétexte pour l'auteur de mettre à jour son essai. Les adeptes du quartette trouveront là une nouvelle occasion de se pencher sur un ouvrage qui se focalise non pas sur les frasques de leur groupe favori, mais bien sur l’œuvre proprement dite et les clés permettant de la comprendre, à travers l'histoire mouvementée de ce géant du rock.

Après avoir planté le décor, Leroy décortique chaque disque, depuis les événements qui ont gouverné sa réalisation jusqu'à l'analyse des titres, décrivant les évolutions régulières de la musique de Pink Floyd, sur fond de changements incessants des équilibres à l'intérieur du groupe. S'il porte des jugements argumentés, mais qui n'engagent que lui, sur la quinzaine d'albums studio, il n'hésite pas, parfois, à rhabiller les musiciens pour l'hiver ni à jeter un œil sévère sur certains titres. De même, il n'économise guère les superlatifs lorsqu'il s'agit des compositions qui ont sa préférence. Quoi qu'on puisse penser de ses opinions, sa vision bénéficie d'une justification solide et d'un recul bienvenu, sauf évidemment pour le très récent The Endless River, mais Leroy lui-même ne tranche pas nettement la question et se garde bien de donner un avis arrêté.

Ce livre a l'immense mérite de mettre de côté toute passion partisane pour telle ou telle époque de Pink Floyd, et de traiter sur un pied d'égalité toutes les productions des Britanniques, même s'il y a évidemment plus à dire sur Dark Side of The Moon que sur le dernier-né. Lisible, ne conservant que l'essentiel au détriment des anecdotes qui ne servent pas son propos, Pink Floyd - Plongée dans l’œuvre d’un groupe paradoxal est une invitation à s'intéresser à d'autres facettes – et elles sont nombreuses – d'une formation dont l'auditeur lambda n'a le plus souvent retenu que The Wall.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir