:)
24 Mars 2015

Anima Morte

Upon Darkened Stains

par Elisabeth Parnaudeau

Upon Darkened Stains est le troisième album de la jeune formation suédoise instrumentale Anima Morte, qui souffle tout juste ses onze bougies cette année. Leur motto ? Faire revivre la musique de films d’horreur, en y ajoutant une influence progressive rétro. Le pari est réussi : les douze morceaux du disque créent efficacement une atmosphère inquiétante et mystérieuse, baroque et parfois onirique.
Ce ne serait cependant pas rendre justice à l’album que de le cantonner à une simple bande-son. Chaque morceau est soigneusement travaillé, et les multiples influences qui les traversent savamment arrangées. Ce sont d’ailleurs ces influences qui font toute la richesse et l’originalité d’Upon Darkened Stains : Ennio Morricone et Fabio Frizzi y croisent Anglagard (Mattias Olsson est d’ailleurs un invité de l’album) et des sonorités vintage seventies à base de nappes de Mellotron, orgue et autres claviers, comme sur Wakeless et The Carrion Crow. Des riffs de guitare plus heavy, mais tout aussi mélodieux, viennent apporter une touche moderne à l’ensemble – c’est particulièrement réussi sur Echoing the Red.
L’oreille exercée saluera la complexité et l’arrangement maîtrisé de l’ensemble, mais Upon Darkened Stains est un album facile d’accès, aux mélodies accrocheuses. Amateurs de musique et cinéphiles peuvent y trouver leur bonheur, et le meilleur film qui puisse accompagner ce disque est celui que chaque auditeur imagine en se laissant entraîner dans les méandres tortueux de la musique d’Anima Morte.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir