:)
27 Juin 2014

Jono

Requiem

par Dan Tordjman

Arrêtons là tout de suite si vous êtes à la recherche de musique déjantée. Non, ici on sort le Moët et Chandon, les cigares et on s’asseoit. Car Jono est d’abord synonyme d’une classe propre à Queen. Voilà, le ton est donné, mais vous comprendrez qu’à l’écoute du premier titre « I Was The One », on ne peut s’empêcher de penser à la Reine. Requiem est un véritable patchwork de tout ce qui a pu se faire en rock, progressif, AOR, glam rock,… Robbie Valentine, Valensia et A.C.T sont bien évidemment des références auxquelles on pense, et Jono joue dans la même catégorie que la bande de Jerry Sahlin.

En revanche, là où ça pêche, c’est sur la durée : comment un tel album peut-il ne durer que quarante minutes ? Frustrant, n’est-ce pas ? Surtout qu’avec des perles comme « Symphony », « Best Thing » ou « Requiem », il est difficile de se dire qu’il faudra attendre le prochain disque pour avoir à nouveau des petites bombes sensorielles pompeuses à souhait à se mettre dans les oreilles ! Jono l’a compris et a sans doute cherché à jouer là-dessus, prenant ainsi volontairement la température en proposant un disque court et racé au possible. On veut bien être patient, mais attention à ne pas vous faire appeler « Désiré ».

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir