:|
20 Mai 2014

Alessandro Bertoni

Keystone

par Aleksandr Lézy

Son groupe à l’époque s’appelait Aphelion. Chroniqué dans nos pages en 2008, Franticode avait repu d’un trop plein de notes le rédacteur en charge de la chronique. Quelques années plus tard, le claviériste virtuose italien, maintenant citoyen américain vivant à Los Angeles, est de retour avec un album solo aux allures de bête à cornes féroce et intrépide.

Alessandro Bertoni a les dents longues et ne semble pas faire les choses à moitié. Entouré de pointures australiennes comme Brett Garsed à la guitare, Ric Fierabracci à la basse (Chick Corea, Frank Gambale, Tom Jones, Shakira pour ne citer qu’eux …) et Virgil Donati qu’on ne présente plus à la batterie, le transalpin dégaine l’artillerie lourde sur ce Keystone flambant neuf.

Non sans un certain contentement, Bertoni se paye à la production l’ex-Dream Theater Derek Sherinian ! L’homme a le nez creux et déniche une équipe de choc pour jouer sa musique, entièrement composée par ses soins. Proche de celle de Planet X, elle va pourtant à l’encontre des clichés du genre, celui où bien souvent le maître de cérémonie s’accapare la vedette. L’Italien sait se faire discret (on aimerait l’entendre taquiner un peu plus), crée les ambiances, les sonorités jazz fusion, et laisse libre court à l’imagination sans limite de ses acolytes. Tous les solos confondus sont ahurissants, riches mélodiquement et emprunts de finesse. « Megas Alexandros », pièce en trois parties aux couleurs metal progressif, est un must à ne pas négliger.

Musicalement fort, plus ou moins inspiré compte tenu du manque de nouveauté proposée, Alessandro Bertoni s’en sort extrêmement bien avec cet album totalement instrumental. Keystone, superbement produit dans le genre, apporte son lot de satisfactions et détient quelques clefs pour réussir à briguer le poste de haut dignitaire. Mais que diable Monsieur Bertoni, avec ce potentiel, vous pouvez aller encore plus loin !

Commentaires 

#1 Aleksandr 21-05-2014 10:12
Oulaaaa oui !! Merci Rimbe dans mon impression j'ai emprunté un raccourci complètement idiot. On va corriger ça. Merci pour ta lecture !
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir