coup de coeur
24 Avril 2014

Atomic Ape

Swarm

par Jean-Philippe Haas
dans

Du big bang musical provoqué par Faith No More et Mr Bungle sont nés des groupes parmi les plus audacieux des années quatre-vingt-dix, tels Secret Chiefs 3 et Estradasphere. Tous deux ont accueilli le multi-instrumentiste Jason Schimmel, fondateur de l’excellent Orange Tulip Conspiracy, qui a dernièrement renommé son rejeton en Atomic Ape. La musique étant peu ou prou similaire, pourquoi alors changer aussi radicalement de nom et d’imagerie ? Nous ne manquerons pas de le demander au principal intéressé. Quoi qu’il en soit, le passage d’un visuel ésotérique, assez raccord avec le contenu du disque, à un style graphique plutôt comic book de série Z ne laisse pas de surprendre, tant les similitudes sont frappantes. Car Swarm n’est ni plus ni moins, comme son prédécesseur, que la bande originale d’un film d’aventures produit quelque part dans les années soixante-dix, dépaysant et plein de rebondissements, dont l’intrigue prend place aux confins des Balkans, voire plus loin encore en Orient. Côté interprètes, de nombreuses têtes connues gravitent autour du noyau dur live, comme Timba Harris (violon) ou Trey Spruance (guitare) de Secret Chiefs 3.

C’est sur un improbable mélange de surf rock rythmé, aux accents orientaux, chauffé à blanc par les cuivres, que « Red Tide » nous propulse au cœur de l’action. Parfois très dansants et infusés au jazz (« The Blind Snake Charmer »), parfois pesants et gorgés de suspense (« Cabin of The Cursed », « Passenger »), la plupart des titres sont animés d’une vie propre, généreusement induite par les influences balkano-orientales voire klezmer (« Heraklion », « Nerve Agent ») ou par la prédominance de la trompette et du sax baryton (« Refraction »). « Rhythm Futur », reprise de Django Reinhardt, ne fait qu’asseoir ce règne du mouvement dans un éblouissant final.

Au terme de Swarm, on ne cherche plus guère à comprendre le lien qui peut exister entre le nom Atomic Ape, sa musique et le visuel du disque. On se dit tout simplement que le groupe de Jason Schimmel, quel que soit son patronyme, a réalisé un superbe second album !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir